CFF: Passerelles ferroviaires: horreur ou splendeur?
Actualisé

CFFPasserelles ferroviaires: horreur ou splendeur?

Pour ou contre un passage piéton centenaire par-dessus les voies? Les opinions divergent au Landeron (NE) et à Reconvilier (BE).

par
Lematin.ch
1 / 11
Patron d'une carosserie au Landeron (NE), Guy Richard aime la passerelle CFF.

Patron d'une carosserie au Landeron (NE), Guy Richard aime la passerelle CFF.

VDé
Entre Neuchâtel et Bienne, l'ouvrage surmonte le passage des Intercity...

Entre Neuchâtel et Bienne, l'ouvrage surmonte le passage des Intercity...

VDé
...des wagons postaux, mais aussi assez fréquemment...

...des wagons postaux, mais aussi assez fréquemment...

VDé

Qui veut conserver des passerelles métalliques qui enjambent les voies au Landeron (NE) et à Reconvilier (BE)? Pas les CFF, qui projettent leur démolition. Les défenseurs du patrimoine veillent au grain et, au Landeron surtout, la population s'exprime en faveur d'une passerelle de 1913.

«Elle est chouette cette passerelle. L'enlever couperait un village déjà divisé en deux par l'autoroute», lâche le carrossier d'à côté. Selon ce riverain, une quarantaine de piétons grimpent puis descendent 40 marches quotidiennement de part et d'autre de la double voie, entre Neuchâtel et Bienne.

Effectuer une boucle

«Ce passage permet aux promeneurs de chien d'effectuer une boucle, dans les deux sens, mais aussi aux cyclistes de prendre un raccourci», témoigne Guy Richard, en portant son regard sur un quartier résidentiel côté vignes. La passerelle dessert aussi un arrêt de bus, pour ceux qui habitent côté lac.

Propriétaires de l’ouvrage, les CFF ont prévu une démolition l'été prochain. «Elle a atteint la fin de son cycle de vie», a indiqué la porte-parole Ottavia Masserini à Arcinfo. Pourquoi ne pas la rénover? Un voisin croit savoir que l'adjonction nécessaire d'un ascenseur pour les handicapés porterait la facture à 800 000 francs.

Demande de permis

Une demande de permis de construire a été déposée à la commune. Le délai d’opposition court jusqu'au 10 février prochain.

Président du Conseil général, Cédric Caillet a publié sur la page Facebook un texte incitant ceux qui le peuvent à s'opposer à la démolition. «Les CFF sont un acteur du virage que notre société doit prendre pour une mobilité propre, il est complètement à contre-courant qu’ils suppriment une voie de communication pédestre et cycliste», a fait savoir l’élu.

À Reconvilier (BE)

Une passerelle similaire fait aussi débat de l'autre coté de Bienne, à Reconviler (BE), en direction de Moutier. «Le Journal du Jura» a indiqué que «moult projets d’aménagement se heurtent à des témoins du passé quelque peu encombrants».

Confirmation par Masserini Ottavia: «La protection du patrimoine peut être imposée aux CFF». Pour autant, «les cas de Landeron et Reconvilier ne sont pas comparables: Les avis du service de patrimoine, des aspect de sécurité, l’état de la passerelle et une multitude d’autres critères peuvent entrer en ligne de compte», reprend Masserini Ottavia.

Nœud gordien

À Reconvilier, le JdJ évoque un «nœud gordien» mêlant plan d’aménagement local et plan de quartier, avec comme intention de redessiner la gare sur une ligne qui sera prochainement automatisée. La suppression d'une voie sur trois est prévue.

Une passerelle qui enjambe une route à côté d'un passage à niveau: pour quoi faire? «Pour fumer et boire!», dénonce un voisin fâché par les jets de bouteilles nocturnes.

Pour les CFF, la passerelle n'a plus le gabarit adéquat, ce qui justifie son démantèlement. Problème: le Service des monuments historiques la juge digne de conservation, si bien que son déplacement n'est pas exclu.

Vincent Donzé

Votre opinion