People: Patrick Dempsey en visite à La Chaux-de-Fonds
Publié

PeoplePatrick Dempsey en visite à La Chaux-de-Fonds

Le beau Derek a fait sensation hier dans les ateliers TAG Heuer, dont il est l'égérie.

par
Trinidad Barleycorn

Après 11 saisons de «Grey's Anatomy», on s'attendait presque à rencontrer le chirurgien Derek Shepherd, le personnage incarné par Patrick Dempsey, en se rendant hier aux ateliers TAG Heuer dont l'acteur et pilote automobile est le nouvel ambassadeur. La blouse blanche qu'il portait, de rigueur dans ces lieux, renforçait ce sentiment. Tout comme sa beauté, fidèle à l'image que renvoie le petit écran. La comparaison s'arrête là: Patrick Dempsey est un véritable boute-en-train, enchaînant les éclats de rire, réservant un mot gentil, une poignée de main pour chaque employé, et de nombreux «merci beaucoup», ses seuls mots prononcés en français. «Café, cappuccino?» propose-t-il avant de débuter. «Je m'amuse beaucoup ici. J'espère que vous aussi!»

Après la visite du musée de la marque suisse, animée par Jack Heuer en personne, petit-fils du fondateur, direction les ateliers. Patrick Dempsey enchaîne les questions sur la fabrication et s'étonne à chaque étape de la précision nécessaire à l'accomplissement des tâches. Chirurgien de renom à la télévision, est-il doté de la même dextérité dans la vie? Réponse quand vient son tour de s'essayer à la pose d'une aiguille des minutes sur un cadran. Problème: il n'a pas ses lunettes. «Je n'y vois presque rien!» rit-il. Le port d'une loupe sur un œil ne l'aide pas à accomplir ce geste difficile. «Leur travail, c'est comme de la chirurgie! Enfin, pas que j'y connaisse quelque chose en réalité, s'amuse l'acteur. J'aurais vraiment fait un piètre chirurgien.» Même s'il refuse d'entrer dans les détails, son départ de la série semble digéré. Bien que, ironie de l'histoire (attention spoiler), le personnage incarné par ce féru de courses automobiles, classé deuxième en catégorie GT Am aux 24 Heures du Mans en 2015, meurt dans un accident de voiture! «Quitter ce show a été libératoire. Quand on reste si longtemps sur la même série, on perd sa créativité. Il n'y a plus de challenge.»

Cinq projets en cours

Pour marquer cette transition dans sa vie, Patrick Dempsey, qui pourrait se voir offrir n'importe quel modèle TAG Heuer, s'est payé une pièce vintage de la marque, une Monaco de 1974. «Je l'ai achetée moi-même en Belgique il y a quatre mois. Je voulais avoir une connexion spéciale avec la marque, son côté historique, son lien avec les rallyes.» Sa visite à La Chaux-de-Fonds tombait à pic: «Je l'ai abîmée durant une course, alors ils me la réparent.» En la récupérant, l'acteur jubile: «Cet achat est important car c'est la montre de ma «retraite» de la série. Cet achat, c'était un geste symbolique, marquant la fin d'une époque et le début d'une autre.» Mais attention, pas question pour autant de prendre une vraie retraite: «Je me réjouis de revenir aux affaires. J'ai 5 projets en cours, dont un sur le monde de la formule 1 (ndlr: sur le pilote américain Phil Hill). Aujourd'hui, je suis plus occupé que jamais alors je travaille dur à vivre l'instant présent.» Son départ de la série n'est pas le seul chamboulement cette année: en janvier, il a annoncé son divorce d'avec Jillian Fink, mère de sa fille, Tallula Fyfe, 13 ans, et de ses jumeaux, Sullivan Patrick et Darby Galen, 8 ans.

Passionné de ski

Alors que l'on parle heures et minutes, Patrick Dempsey, qui fêtera ses 50 ans le 13 janvier prochain, confie ne pas craindre le temps qui passe: «Je n'ai pas le sentiment d'avoir bientôt 50 ans. Je me sens plus jeune. Je suis en meilleure forme physique que quand j'avais 20 ans et j'apprécie davantage la vie.» Il sourit: «Bon, je me suis quand même coupé les cheveux pour qu'on voie moins les mèches grisonnantes!» Son moteur, c'est sa passion pour la course: «Il faut tant s'entraîner, c'est bénéfique pour le corps. La passion vous garde jeune, en forme. Elle me renvoie à l'enfant que j'étais, à ma passion pour le ski et mon rêve de représenter les Etats-Unis aux Jeux olympiques quand j'étais jeune. C'est ce que j'essaie d'enseigner à mes enfants aussi. Qu'est-ce qui vous rend heureux, vous passionne? Sans les forcer, juste en les soutenant.»

Un jour, il l'espère, il aura le temps de découvrir les pistes suisses. De notre pays, le Dr Mamour apprécie également les fromages. Le gruyère du PDG Jean-Claude Biver trône d'ailleurs en bonne place sur la table de la salle de réunion. Dempsey en grignote: «J'adore! La première fois que j'ai rencontré Biver, aux 24 Heures du Mans, il est arrivé avec une immense meule. Je voulais absolument en remanger.» Hier, soir, après un apéritif avec les employés du site, avec lesquels il a pris de nombreux selfies, l'Américain a aussi dégusté une fondue avec le patron de TAG Heuer. Dès aujourd'hui, le sportif se remet en selle: une course de vélo à Serre-Chevalier, en France, où il se réjouit de rencontrer Luc Alphand. Puis une course automobile en Allemagne. Une vie à 300 à l'heure!

Votre opinion