17.05.2018 à 23:45

Hockey sur glacePatrick Fischer: «Nous n’avons pas peur de jouer au hockey»

Le coach a savouré la victoire suisse face à la Finlande. Samedi, son équipe défiera le Canada en demi-finale.

par
Grégory Beaud, Copenhague
Keystone

Patrick Fischer tient une belle revanche. Après des Jeux olympiques ratés, le sélectionneur national a dû passer à travers une zone de turbulence. Sorti indemne, le Zougois a emmené l'équipe de Suisse à la troisième demi-finale de championnat du monde de son histoire après 1998 et 2013. Samedi, la Suisse défiera le Canada en demi-finale (19h15). Interview avec un entraîneur heureux mais pas euphorique.

Patrick Fischer, à quoi pensez-vous après ce succès?

Je me dis que je suis très content pour cette équipe. Content pour les fans de hockey en Suisse. Je me dis également que nous avons obtenu le droit de vivre quelques jours de plus à Copenhague. Ces deux dernières semaines étaient très agréables et nous nous sommes faits un cadeau. Nous allons encore jouer au minimum deux matches. C'est un rêve que le voyage ne soit pas terminé.

Vous allez affronter le Canada. Quel est votre sentiment?

Je me dis que c'est un rêve pour tout hockeyeur. Affronter une équipe comme le Canada en demi-finale du championnat du monde, c'est quelque chose de fantastique. J'espère que les supporters suisses seront nombreux à nous soutenir. C'est la plus belle chose qui pouvait nous arriver.

Aujourd'hui tout le monde vous félicite. Mais en cas de défaite contre la France, tout le monde aurait demandé votre tête...

Vous savez, j'ai été joueur durant quinze ans. Je connais bien cela. Si tu joues bien, tout le monde te tape sur l'épaule. Si tu ne joues pas bien, tout le monde te crie dessus. C'est le sport. Je connais. Mais j'avoue avoir de la compassion pour les gens qui sont comme ça. De mon côté, j'essaie toujours de faire de mon mieux. Tu ne peux pas toujours gagner. Mais tu as le devoir de toujours être prêt à jouer. Aujourd'hui, je ne pense qu'à une chose: la satisfaction d'avoir gagné contre la Finlande. Le reste m'est égal.

Vous avez battu la Finlande avec la manière, en plus.

Entre nous, nous mettons un point d'honneur à proposer le meilleur hockey possible. Nous tentons de jouer offensivement et de ne pas nous contenter d'être défensifs. C'est risqué, mais je suis satisfait que notre philosophie ait été validée. Mais le résultat ne fait pas tout. La mentalité de cette équipe est admirable. Les gars n'ont pas peur de jouer au hockey.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!