Football - Patrick Rahmen est-il dans un rêve ou un cauchemar?

Publié

FootballPatrick Rahmen est-il dans un rêve ou un cauchemar?

Le nouvel entraîneur du FC Bâle a un immense atout: c’est un homme du cru. Et un immense problème: il reprend une équipe à la dérive, dans un club en pleine tempête.

par
Simon Meier
Assistant de Ciriaco Sforza depuis le début de la saison, Patrick Rahmen a désormais empoigné le rôle d’entraîneur principal du FCB.

Assistant de Ciriaco Sforza depuis le début de la saison, Patrick Rahmen a désormais empoigné le rôle d’entraîneur principal du FCB.

Marc Schumacher/freshfocus

C’était son rêve. Mais il ne pensait sans doute pas le réaliser dans des conditions aussi turbulentes. Patrick Rahmen, né à Bâle voici 52 ans, est devenu mardi l’entraîneur du club de sa ville. L’ennui? Le club est en flamme et la ville aussi. Il le sait bien, puisqu’il était depuis l’été dernier l’assistant de Ciriaco Sforza, licencié après la énième désillusion essuyée dimanche contre Vaduz (1-2 au Parc Saint-Jacques). Au FC Bâle, la faillite est à la fois sportive et politique, humaine et structurelle.

Patrick Rahmen doit mener une barque dans la tempête. Et pendant ce temps-là, le président Bernhard Burgener, honni par tout le peuple bâlois, est en plein bras de fer avec David Degen, l’ex-joueur qui aimerait lui succéder, concernant la revente de l’institution. Le rêve.

Une première avortée

Ce rêve, Patrick Rahmen, gamin de Bâle (il a été formé à Nordstern avant de rejoindre le FCB à 18 ans), avait déjà cru le vivre, en juin 2019. Marco Streller, alors directeur sportif du club, était allé le débaucher à Aarau pour remplacer Marcel Koller, l’affaire était conclue - apparemment. En dernière minute, Bernhard Burgener avait opté pour une solution inverse: Koller était resté (pour mieux sauter un an plus tard), Streller avait perdu son poste. Déjà, le FC Bâle vivait dans le tumulte. Et pour Rahmen, le réveil avait été brutal. L’aboutissement sera-t-il plus doux, vu les circonstances?

Pas sûr. Après avoir coaché les M18 puis les M21 du FC Bâle pour se faire les dents (2004-2011), Patrick Rahmen est devenu l’assistant de Thorsten Fink, qu’il a suivi à Hambourg, où il fut aussi le second de Josef Zinnbauer - il sera celui de Markus Babbel à Lucerne, entre février 2016 et janvier 2018. A chaque fois, cela tourne au vinaigre. Et quand il reçoit sa première chance d’entraîneur principal, au printemps 2015, c’est au FC Bienne, un club qui fera faillite au mois de février suivant.

Bref, les vents contraires, Patrick Rahmen connaît bien. Son expérience à Aarau a certes été positive, entre 2018 et 2020. Mais on en retient surtout ce barrage de promotion/relégation surréaliste, perdu face à Xamax après avoir remporté le match aller (4-0) à Neuchâtel. En tout cas, l’ex-attaquant de Bâle, YB et Delémont (notamment) ne manque pas d’expérience. Il lui en faudra pour relever le défi proposé.

Un avenir (déjà) incertain

Par les temps qui courent, le nouveau technicien du FCB possède un atout majeur - outre le fait qu’il était déjà sous contrat avec le club. Il est Bâlois. Dans un contexte de crise identitaire doublé de querelles intestines, c’était le désir no1 des supporters. Bernhard Burgener l’a compris. Mais l’accalmie ne durera pas longtemps, si les résultats ne suivent pas, dès samedi soir chez le Lucerne de Fabio Celestini.

D’ailleurs, le nom du coach vaudois a régulièrement circulé dans les gazettes depuis un an, comme candidat au poste… d’entraîneur du FC Bâle. Patrick Rahmen, qui a dirigé son premier entraînement ce mercredi, a réalisé son rêve. Mais s’il ne veut pas le voir virer au cauchemar, il devra être fort. Et s’il veut le vivre au-delà des deux mois et demi qui viennent, l’intérimaire devra se montrer incontestable.

Ton opinion