23.05.2020 à 15:23

TennisPatron de Roland-Garros, Guy Forget sort du silence

Disparu des radars, le directeur du «Majeur» français croît fort, comme son président, à sa tenue à l'automne.

von
Sport-Center
Guy Forget.

Guy Forget.

AFP

Et dire que Roland-Garros devait débuter ce dimanche... La pandémie de Covid-19 est passée par-là, reportant à la fin septembre le Grand Chelem français. Mais pourra-t-il seulement avoir lieu? Et si oui, le public sera-t-il invité à prendre place dans les tribunes de la Porte d'Auteuil? Les réponses à ces questions sont suspendues à l'évolution du ralentissement du virus. Mais depuis deux jours, les dirigeants du tournoi parisien ont accordé leurs violons pour occuper le terrain en ce week-end qui aurait dû être celui des premiers jets de balles.

Il y a d'abord eu Bernard Giudicelli, sur «France Info» vendredi. Fustigé au moment du report de Roland-Garros, initialement prévu du 24 mai au 7 juin, pour avoir déplacé son «bébé» à une date ultérieure sans avoir consulté les principales instances du circuit, le président de la Fédération française de tennis s'est montré résolument optimiste. «On a sauvé le tournoi, il est toujours vivant et il aura lieu cette année en 2020. En tout cas, on fait tout pour.» Avant d'évoquer la possibilité du huis clos. «C'est vraiment l'option ultime (...) Donc, ce n'est pas du tout notre priorité», a-t-il lâché.

«Il faut être ambitieux et optimiste»

Et puis il y a eu Guy Forget, samedi. Étrangement silencieux depuis l'annonce du report, le directeur de «RG» s'est confié pour la première fois depuis un bail sur le plateau d'«Europe 1». Et a fait montre d'une certaine confiance. «L’annonce officielle (ndlr: du début du tournoi) n’a pas été encore faite. Ce sera vraisemblablement entre fin septembre et début octobre (...), a-t-il précisé. On souhaite accueillir le plus de monde possible, puisque les fans veulent voir les meilleurs joueurs du monde. Mais nous sommes obligés d'évoquer toutes les options possibles.»

Guy Forget, qui affirme travailler étroitement avec toutes les instances pour faire «une annonce globale» concernant la fin de la saison, veut y croire. «Aujourd’hui, les signaux vont dans le bon sens, avec une réouverture des commerces. On peut penser que ce sera aussi le cas pour les restaurants et les bars dans les semaines à venir. Maintenant, on ne sait pas ce qui va se passer dans un ou deux mois. On s’adaptera à ce que le gouvernement nous dira. Il faut être ambitieux et optimiste. On espère que Roland-Garros aura lieu, et dans de bonnes conditions.»

Jérémy Santallo

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!