Aviation - Patron de Swiss: «Nous devrons porter des masques encore des années»
Publié

AviationPatron de Swiss: «Nous devrons porter des masques encore des années»

Le patron de la compagnie, Dieter Vranckx, estime que le coronavirus va entraîner des changements durables pour les passagers. Il espère le retour de la rentabilité cet été.

Pour rappel, Swiss avait fait part au début du mois d’un plan de redimensionnement de sa flotte et de réduction des effectifs de 650 emplois à plein temps.

Pour rappel, Swiss avait fait part au début du mois d’un plan de redimensionnement de sa flotte et de réduction des effectifs de 650 emplois à plein temps.

AFP

Nous devrons certainement encore porter des masques pendant quelques années». C’est ce qu’a affirmé le patron de Swiss, Dieter Vranckx, en réponse à la SonntagsZeitung qui l’interrogeait sur les changements durables que la pandémie allait entraîner pour les voyages en avion. Il a aussi expliqué que Swiss allait faire disparaître son magazine de bord au profit d’une édition numérique. «Nous avons également introduit des règles strictes pour l’embarquement et le nettoyage, que nous continuerons à appliquer», a-t-il ajouté.

Pour rappel, Swiss avait fait part au début du mois d’un plan de redimensionnement de sa flotte et de réduction des effectifs de 650 emplois à plein temps. Quelles sont les destinations auxquelles Swiss devra dire adieu? «Nous n’avons pas encore pris de décision définitive quant aux destinations. Mais Swiss continuera à relier la Suisse avec des vols directs vers toutes les grandes villes du monde», a-t-il assuré.

Retour de la rentabilité cet été?

Le patron de Swiss est aussi revenu sur l’avenir financier de la compagnie. Il a indiqué espéré renouer avec la rentabilité dès cet été. Cela devrait être possible avec une utilisation de 50% des capacités par rapport à 2019, a-t-il expliqué.

Dieter Vranckx prévoit à l’avenir une baisse de 20% de la demande de voyages d’affaires. Cela ne risque-t-il pas de rendre certaines destinations non rentables? «J’ai lu quelque part que Swiss est en train de devenir une compagnie aérienne de vacances. Ce n’est pas vrai. Nous continuerons à offrir les liaisons intercontinentales directes qui sont importantes pour les voyages d’affaires. Nous allons probablement réduire les fréquences plutôt que les destinations», a répondu Dieter Vranckx.

Helvetic Airways est également touchée par cette restructuration. Seuls quatre des huit avions d’Helvetic devraient encore voler pour Swiss, a expliqué le patron de Swiss. Du point de vue de l’efficacité et de la grandeur des avions, il serait plus avantageux de moins réduire le nombre d’avions d’Helvetic. «Mais il faut être à l’écoute des collaborateurs, d’où le choix de réduire davantage chez un partenaire qui n’appartient pas au groupe Lufthansa», estime Dieter Vanckx.

(cht)

Votre opinion

24 commentaires