Affaire du Concordia: Peine confirmée pour l'ex-capitaine Schettino
Actualisé

Affaire du ConcordiaPeine confirmée pour l'ex-capitaine Schettino

L'ex-capitaine du Concordia risquait de voir sa peine revue à la hausse, mais sa condamnation initiale a été confirmée, vendredi.

1 / 12
La sentence de 16 ans de prison a été confirmée pour Francesco Schettino. (Vendredi 12 mai 2017)

La sentence de 16 ans de prison a été confirmée pour Francesco Schettino. (Vendredi 12 mai 2017)

Keystone
Le commandant du Concordia, Francesco Schettino, est revenu à Giglio jeudi matin et est remonté sur l'épave du navire.  (27 février 2014)

Le commandant du Concordia, Francesco Schettino, est revenu à Giglio jeudi matin et est remonté sur l'épave du navire. (27 février 2014)

Keystone
Assailli par les journalistes et les caméramen, le capitaine, lunettes noires et blouson de cuir, s'est frayé avec difficulté un chemin sur le quai étroit du port de l'île du Giglio.  (27 février 2014)

Assailli par les journalistes et les caméramen, le capitaine, lunettes noires et blouson de cuir, s'est frayé avec difficulté un chemin sur le quai étroit du port de l'île du Giglio. (27 février 2014)

Keystone

La cour de Cassation italienne a confirmé vendredi la condamnation de Francesco Schettino, l'ex-commandant du Costa Concordia: 16 ans de prison ferme. Il a d'ailleurs immédiatement commencé à purger sa peine pour le naufrage du paquebot ayant fait 32 morts en janvier 2012.

Surnommé le «capitaine couard» par les médias pour avoir quitté son navire en pleine opération de sauvetage, il avait été condamné en février 2015 à 16 ans de prison ferme pour homicides, abandon de navire et naufrage. Une peine confirmée en appel en mai 2016.

Selon son avocat, Me Saverio Senese, le Napolitain de 56 ans a attendu la décision seul et dans la discrétion, près de la prison romaine de Rebbibia: «Il a dit: 'Je crois en la justice, les décisions doivent être respectées, je vais me constituer prisonnier'». «Il y a de l'amertume parce qu'il est le seul à payer. Comme toujours en Italie, il n'y a que les boucs émissaires qui paient», a-t-il ajouté, en n'excluant pas de saisir la justice européenne.

Deux fois le Titanic

Au soir du 13 janvier 2012, le Costa Concordia, un navire de croisière deux fois plus gros que le Titanic, avait heurté un rocher alors qu'il naviguait trop près des côtes de l'île du Giglio, au large de la Toscane. Il s'était alors échoué sur des rochers à quelques dizaines de mètres de l'île, avec à son bord 4229 passagers et membres du personnel. Le drame a fait 32 morts, dont un qui n'a jamais été retrouvé.

La justice reproche à M. Schettino d'avoir effectué une manoeuvre hasardeuse pour «saluer» l'île du Giglio, puis d'avoir attendu une heure avant de sonner l'alarme malgré le trou béant dans la coque, laissant le navire pencher au point de rendre la moitié des chaloupes inutilisables.

Et enfin d'avoir lui-même emprunté une chaloupe alors qu'il restait probablement encore 2000 personnes à bord. «Remontez à bord, bordel de merde!», lui avait lancé dans la nuit un responsable des gardes-côtes. L'enregistrement de cet échange a fait le tour du monde.

Raillé et détesté

En une nuit, le capitaine bronzé et gominé qui aimait faire monter de jolies femmes sur la passerelle est devenu l'un des hommes les plus raillés de la planète. Et l'un des plus détestés dans son pays, qui ne lui a pas pardonné la honte de ce géant des mers échoué, dans lequel certains ont vu une allégorie de l'Italie.

Devant les juges, Francesco Schettino s'est présenté en «coupable idéal», rappelant qu'il n'avait pas pris ses décisions seul et assurant que l'équipage n'était pas à la hauteur: ainsi le timonier indonésien, à la barre au moment du drame, n'a pas compris ses ordres et perdu de précieuses secondes.

Au terme de procédures négociées, la compagnie Costa a été condamnée à un million d'euros d'amende et cinq autres employés ont écopé de peines de 18 à 34 mois de prison. Le capitaine a été le seul à être jugé, sous le feu également de plus de 250 parties civiles.

Certes, il a accumulé les bourdes et les déclarations maladroites. En juillet 2014, il a ainsi donné une conférence à Rome sur la «gestion de la panique», arguant de l'expérience de ses années de navigation. Et pendant son procès en première instance dans la salle de théâtre transformée en tribunal à Grosseto, en Toscane, il a assuré s'être retrouvé dans une chaloupe sous le seul effet de la «force de gravité».

Un livre: «Les vérités submergées»

En larmes devant les juges à la fin de son procès en première instance comme en appel, il avait raconté avoir été «haché menu» par les médias depuis le drame.

Mais après avoir publié un livre de 600 pages en 2015 («Les vérités submergées»), l'ancien capitaine s'est plutôt fait oublier. Séparé de son épouse, il vivait seul avec un chien que lui avait offert sa fille, selon les médiats italiens.

Quant à la gigantesque épave restée en partie immergée pendant plus de deux ans devant l'île du Giglio, elle a été renflouée au prix d'un effort titanesque qui a coûté plus de 600 millions d'euros, puis conduite en juillet 2014 dans le port de Gênes, où elle a été démantelée.

(ats)

Votre opinion