Penelopegate: Penelopegate: propos de Fillon démentis
Publié

PenelopegatePenelopegate: propos de Fillon démentis

La journaliste qui avait interrogé Pénélope Fillon dément avoir été choquée par l'utilisation de son entretien dans Envoyé Spécial.

Pénélope Fillon avait affirmé à une journaliste britannique n'avoir jamais été l'assistante de son mari

Pénélope Fillon avait affirmé à une journaliste britannique n'avoir jamais été l'assistante de son mari

Keystone

La journaliste britannique auteure en 2007 de l'interview de Pénélope Fillon, où elle dit n'avoir «jamais été l'assistante» de son mari, a réfuté les propos de François Fillon, qui affirmait ce lundi avoir reçu un téléphone de sa part.

«Non M. #Fillon ! Les propos d'Envoyé Spécial (magazine télévisé français, ndr) n'ont pas été sortis de leur contexte. Le reportage ne m'a pas choqué. SVP. Cessez de m'attribuer ces propos faux», a-t-elle tweeté lundi soir.

Désolée mais pas choquée

Kim Willsher a précisé lundi à l'AFP avoir écrit à Pénélope Fillon dans un mail il y a quelques jours qu'elle était «désolée» des problèmes causés par cette interview, mais pas qu'elle était «choquée». Elle a souligné n'avoir jamais téléphoné à M. ou Mme Fillon et ne pas avoir leur numéro de téléphone.

François Fillon, englué dans des soupçons d'emploi fictif de sa femme, avait affirmé plus tôt lundi que «la journaliste qui a accompli cette interview s'est manifestée personnellement auprès de mon épouse pour lui dire à quel point elle était choquée par l'utilisation qui avait été faite des morceaux de cette interview».

Dans un article du Guardian, Kim Willsher a longuement raconté comment en 2007 elle avait interviewé Pénélope Fillon pour le Sunday Telegraph, dont elle était alors correspondante.

Déclaration retrouvée

Elle souligne avoir retrouvé dans ses notes le verbatim de la déclaration de Mme Fillon qui affirmait n'avoir «jamais été réellement son assistante ni quoi que ce soit de ce genre», alors que son mari affirme aujourd'hui qu'elle a été son attachée parlementaire pendant des années.

L'interview avait été filmée par un photographe pour le site du journal britannique et ce sont ces images, qui n'avaient pas été diffusées à l'époque, que «Envoyé Spécial» a montrées la semaine dernière.

(AFP)

Votre opinion