Immigration - Permis de séjour temporaire pour les Haïtiens aux Etats-Unis

Publié

ImmigrationPermis de séjour temporaire pour les Haïtiens aux États-Unis

Washington a décidé d’autoriser les Haïtiens présents aux États-Unis à y rester encore 18 mois en raison des crises que traverse Haïti.

Le président Jovenel Moïse gouverne par décrets depuis le report des élections législatives prévues en 2018 et à la suite de différends sur la fin de son propre mandat.

Le président Jovenel Moïse gouverne par décrets depuis le report des élections législatives prévues en 2018 et à la suite de différends sur la fin de son propre mandat.

AFP

Les Haïtiens présents aux États-Unis et menacés d’expulsion sont autorisés à y rester encore 18 mois en raison des crises que traverse leur pays, ont annoncé samedi les autorités américaines.

«Après un examen attentif, nous avons décidé que nous devions faire notre possible pour soutenir les ressortissants haïtiens aux États-Unis jusqu’à ce que les conditions en Haïti s’améliorent afin qu’ils puissent rentrer chez eux en toute sécurité», a déclaré le secrétaire à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, dans un communiqué.

«Haïti connaît actuellement de graves problèmes de sécurité, des troubles sociaux, un accroissement des violations des droits humains, une pauvreté endémique et un manque de ressources de première nécessité, qui sont exacerbés par la pandémie de Covid-19», a expliqué Alejandro Mayorkas. Cela «empêcherait les ressortissants de rentrer en toute sécurité» en Haïti, ce qui l’amène à déterminer une nouvelle autorisation «de 18 mois».

Crise politique

Le statut juridique des immigrés haïtiens était dans le flou depuis l’annonce en 2017 par l’ancien président Donald Trump de la suppression du statut protégeant leur séjour sur le sol américain, une décision qui a suscité une bataille juridique féroce, encore en cours. Ce statut est accordé par les autorités américaines aux personnes de pays confrontés à des conflits armés, des catastrophes environnementales ou des situations extraordinaires et temporaires, les empêchant d’être effectivement expulsés.

Les Haïtiens bénéficiaient de ce statut à la suite d’une décision de l’ex-président Barack Obama, dans la foulée du tremblement de terre de 2010 qui avait fait plus de 200’000 morts sur l’île et détruit une grande partie de la capitale, Port-au-Prince. Quelque 60’000 Haïtiens s’étaient réfugiés aux États-Unis après ce séisme, et leur statut avait été prolongé plusieurs fois, jusqu’à la décision de l’administration Trump en 2017.

Le pays le plus pauvre des Amériques, confronté à une forte vague de contaminations au Covid-19, est également plongé dans une crise politique. Le président Jovenel Moïse gouverne par décrets depuis le report des élections législatives prévues en 2018 et à la suite de différends sur la fin de son propre mandat.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires