Hockey sur glace: Perroton: «Je vais postuler au FC Sion»
Actualisé

Hockey sur glacePerroton: «Je vais postuler au FC Sion»

L’entraîneur français ne prolongera pas son contrat au HCV Martigny. Il était en poste dans le club valaisan de MySports League depuis janvier 2019.

par
Ugo Curty
L’entraîneur officie également comme consultant hockey sur la RTS.

L’entraîneur officie également comme consultant hockey sur la RTS.

HCV Martigny

Laurent, vous avez annoncé vendredi votre départ du HCV Martigny dans un message sur les réseaux sociaux. On vous a senti touché.

Oui, cela a été une journée très difficile. Je suis quelqu’un de clanique et d’affectif. Mes joueurs étaient presque comme mes enfants. J’ai tenu à leur annoncer la nouvelle par téléphone. Heureusement que j’étais seul à la maison parce qu’il y a eu beaucoup d’émotion.

Pourquoi ne pas avoir prolongé votre contrat en Valais?

J’ai une entente excellente avec les dirigeants que je tiens à remercier, notamment Nicolas Burdet. Nous avions un accord oral pour un futur contrat de trois ans avec de nouvelles fonctions. Je devais occuper un poste qui englobait le coaching de la première équipe et la gestion des juniors élite. Malheureusement avec la pandémie et le statut de club semi-professionnel, cela a été très difficile pour Martigny d’obtenir des aides et de s’engager pour l’avenir. Nous avions encore eu un échange positif début février. J’ai attendu le plus longtemps possible mais ça devenait intenable. J’ai une famille avec quatre enfants et j’avais besoin d’avoir un minimum de sécurité. C’est une décision prise le cœur lourd.

Vous espériez continuer l’aventure à Martigny?

Je me sentais redevable envers le club. Je n’avais pas encore accompli tout ce que j’espérais ici. Nous avons vécu une finale à la fois extraordinaire et difficile contre Sierre en 2019 (ndlr: défaite 3-2). Ensuite, la finale 2020 a été annulée contre Bâle, comme la saison suivante. C’est frustrant de partir comme ça.

Vous savez déjà ce que vous allez faire désormais?

Toto Mariethoz, un supporter mythique du club, m’a envoyé un message sympa en me disant qu’il voyait clair dans mes plans, que j’allais remplacer Fabio Grosso au FC Sion.

Vous avez appelé Christian Constantin?

(rires) Le message de Toto m’a bien fait rire. Ça me plairait d’être entraîneur au FC Sion. Christian est souvent à Martigny. Il y aura peut-être une opportunité de se parler.

«J’ai pris de bonnes habitudes en famille mais aussi réalisé qu’avec la vie qu’on mène on passe à côté de pas mal de choses»

Laurent Perroton

Vous avez déjà eu des discussions dans le monde du hockey?

Oui, j’ai déjà mené les premières discussions avec plusieurs clubs. Cela peut être dans le coaching, la gestion sportive ou la formation. Tout m’intéresse dans le hockey. Le problème, c’est que j’arrive très tard sur le marché. Il faudra aussi voir en fonction des points contractuels et des paramètres de distance.

La distance par rapport à votre domicile?

Oui, j’ai 47 ans. Avec cette pandémie, je me suis retrouvé à la maison tous les jours et tous les soirs. C’est un choc aujourd’hui de savoir que je vais moins voir mes enfants. J’ai pris de bonnes habitudes en famille mais aussi réalisé qu’avec la vie qu’on mène, on passe à côté de pas mal de choses. Je pense que beaucoup de joueurs ont aussi pris conscience des sacrifices consentis en plus de leur travail. Cette période pourrait faire du mal au hockey amateur à l’avenir.

Votre opinion