30.03.2019 à 12:03

Hockey sur glacePerroton: «Je vois juste des gens qui me crient des trucs»

Laurent Perroton et le HCV Martigny veulent déjouer les pronostics lors de l'ultime match de la finale des play-off de MySports League, samedi à 16 heures.

von
Cyrill Pasche
Laurent Perroton, le coach du HCV Martigny, dit être dans sa bulle avant l'acte décisif de la finale des play-off contre le HC Sierre.

Laurent Perroton, le coach du HCV Martigny, dit être dans sa bulle avant l'acte décisif de la finale des play-off contre le HC Sierre.

Keystone

Peu de monde aurait parié que le HCV Martigny serait toujours dos à dos avec le HC Sierre pour décrocher le titre de champion de MySports League…

C’est vrai. Cette équipe me surprend chaque jour. Nous sommes allés au bout de toutes nos séries. Lorsque nous avons été menés, nous n’avons jamais rien lâché. Il y a une force de caractère incroyable dans ce groupe. J’ai un tel plaisir à entraîner ces joueurs. Maintenant, on va jouer le coup jusqu’au bout.

Lors de l’acte IV de la finale, le nom du HC Sierre figurait déjà sur la coupe alors que la partie, que vous avez finalement remportée, n’était pas encore terminée. Est-ce quelque chose dont vous allez vous servir pour motiver vos joueurs avant l’acte V?

Non. Je suis plutôt dans la modération, à vrai dire. Il y a déjà tellement de motivation et d’enjeu, pas besoin d’en rajouter une couche. Nous nous concentrons sur notre jeu, et pas sur les éléments extérieurs que nous ne pouvons pas influencer.

Votre équipe a dû encaisser plusieurs coups durs depuis le début des play-off, comme ces annonces de refus d’attribution de la licence de jeu en cas de promotion en Swiss League…

C’est surtout le timing de ces annonces qui a donné énormément de motivation aux joueurs. Ça, ils ne l’ont pas compris et l’ont pris de travers. Cela a été une incroyable source de motivation.

A titre personnel, appréhendez-vous de retourner dans le chaudron de Graben, où certains fans vous ont déjà pris à partie…

Il y a eu des antécédents de l’époque de Morges où nous avions gagné quelques matches houleux à Graben et les gens n’ont pas oublié. Voilà, cela fait partie du jeu. Parfois, cela va trop loin, mais bon, j’ai mes écouteurs lorsque j’arrive au stade et j’écoute de la musique classique. Je vois juste des gens qui me crient des trucs et c’est tout. Cela ne m’affecte pas. Le couloir qui mène aux vestiaires, devant le Fans Bar, est un endroit toujours compliqué à franchir puisque tout le monde se retrouve là au même moment: les joueurs, le staff, les fans. Mais il semble que des mesures ont été prises afin d’éviter les frictions. Nous sommes tous vraiment dans notre bulle de toute façon.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!