Santé: Perte de 6 millions pour l'Hôpital du Valais en 2018
Publié

SantéPerte de 6 millions pour l'Hôpital du Valais en 2018

L'entrée en vigueur des modifications de la structure tarifaire Tarmed a plongé les comptes de l’hôpital valaisan dans le rouge.

L'Hôpital du Valais a essuyé une perte d'exploitation de 6 millions de francs en 2018, contre un bénéfice de 3,5 millions un an plus tôt.

L'Hôpital du Valais a essuyé une perte d'exploitation de 6 millions de francs en 2018, contre un bénéfice de 3,5 millions un an plus tôt.

Keystone

L'Hôpital du Valais (HVS) est retourné dans les chiffres rouges en 2018. Il a essuyé une perte d'exploitation de 6 millions de francs, contre un bénéfice de 3,5 millions un an plus tôt. La perte reste néanmoins inférieure à celle qui avait été budgétée (9,9 millions).

Cette détérioration s'explique principalement par l'entrée en vigueur en 2018 des modifications de la structure tarifaire Tarmed en ambulatoire, relève jeudi l'hôpital dans son rapport de gestion. Cela a entraîné une diminution des recettes de 8,3 millions de francs.

Le renchérissement de 0,8% sur les charges du personnel a aussi provoqué «un coût non négligeable», d'environ 2,5 millions de francs.

L'HVS, qui regroupe huit sites hospitaliers dans le canton et 5300 collaborateurs, note que l'activité stationnaire est restée stable en 2018, tandis que l'ambulatoire a augmenté de 4%. De quoi confirmer un glissement vers davantage de soins ambulatoires.

Investissements en forte hausse

«Il est donc d'autant plus regrettable qu'aucun accord sur la valeur du point Tarmed n'ait pu être conclu dans ce domaine avec un certain nombre de partenaires tarifaires pour les années 2017 et 2018», écrit l'HVS.

L'exercice sous revue a également été marqué par une forte augmentation des investissements, qui ont bondi sur un an de 26 à plus de 46 millions de francs. La construction d'un nouveau parking à Sion ainsi que les études liées aux nouveaux hôpitaux de Sion et Brigue expliquent cette hausse.

Même si l'Hôpital du Valais a plongé dans le rouge l'an dernier, il est loin de se trouver dans la situation qui avait été la sienne il y a quelques années. L'institution avait été secouée par des affaires entre 2010 et 2014, dues à de multiples dysfonctionnements à tous les niveaux.

(ats)

Votre opinion