11.11.2020 à 12:36

Tennis«Pete, six ans de suite No 1, je ne sais pas comment tu as fait»

À l’occasion du 50e anniversaire du Masters, l’ATP a réuni Pete Sampras et Novak Djokovic pour une discussion au sommet. «Donne-moi ton retour, Novak», a imploré l’Américain.

von
Mathieu Aeschmann
Novak Djokovic et Pete Sampras ont été réunis devant la caméra en compagnie de Tim Henman pour fêter les 50 ans du Masters.
Novak Djokovic et Pete Sampras ont été réunis devant la caméra en compagnie de Tim Henman pour fêter les 50 ans du Masters.YouTube ATP Tour

C’est triste un Masters sans public ni joueur suisse (le premier depuis 2001). Mais c’est un Masters quand même et celui qui débute dimanche marque un anniversaire qui compte: le 50e rendez-vous des Maîtres. Pour fêter ce jubilé, l’ATP a confié à Tim Henman le soin d’organiser quelques interviews avec les plus grandes figures de ce demi-siècle. Or la première capsule a logiquement réuni le duo Pete Sampras - Novak Djokovic, cinq titres chacun (un de moins que Roger Federer) mais surtout six saisons terminées à la place de No-1 mondial. Record égalé cette année par le Serbe.

«Félicitations Novak pour cette sixième année terminée No 1 mondial. C’est tellement difficile de rester au top. Maximum respect pour cette performance», félicite l’Américain, lequel ne semble jamais très touché à l’idée de partager ou de céder ses records. Novak Djokovic admet alors «l’implication totale, les efforts d’organisation énormes sur le court et dans ta vie en général», que cela suppose. «Je comprends parfaitement Pete lorsqu’il dit avoir mal dormi, mal mangé, vécu avec des maux d’estomac ou en tensions avec ceux qui l’entouraient. Avec le stress, l’excitation, cette espèce de tornade permanente, il arrive même d’être détestable avec soi-même. Bref, Pete, tenir six ans de suite tout en haut, je ne sais pas comment tu as fait.»

Rester No 1 jusqu’à l’épuisement

À vrai dire, Pete Sampras ne sait peut-être pas lui-même comment il a tenu le coup. Surtout lors de ce fameux automne 1998 où il enchaîna sept tournois en sept semaines sur sol européen (Bâle, Vienne, Lyon, Stuttgart, Bercy, Stockholm et le Masters à Hanovre). Un supplice pour lui. «J’avais une petite chance de battre le record, de devenir le premier à finir six saisons de suite No 1 mondial. Alors quand j’ai gagné à Vienne, je me suis dit: s’il faut enchaîner encore quelques semaines, accroche-toi. Je n’y ai pris aucun plaisir mais j’ai réussi et ce fut un immense soulagement. Par contre, je crois que je l’ai payé par la suite, probablement durant une ou deux saisons. Cette séquence m’a complètement vidé émotionnellement. Mais quand je regarde en arrière, ces six années de suite terminées au sommet sont sans doute mon plus grand exploit.»

Et dans un registre plus léger, les deux champions ont également choisi ce qu’il emprunterait à l’autre pour compléter leur panoplie. «Donne-moi ton retour, Novak. Tu aurais été le joueur de la génération actuelle contre lequel j’aurais eu le plus de peine, explique «Pistol Pete». À cause de ta qualité de retour et ta vitesse de déplacement.» «D’accord, lui répond «Nole». Mais alors je prends ton enchaînement service-volée.» Et le No 1 mondial de sélectionner enfin son meilleur souvenir au Masters. «Ma finale 2012 remportée contre Roger (Federer) en deux sets serrés et intenses. Surtout que je tire un passing de revers en extension sur la balle de match.» Pete Sampras, lui, désignera sans surprise «le chef-d’œuvre de Hanovre». Cette finale 1996 remportée en cinq manches face à Boris Becker dans ce qui reste encore aujourd’hui le meilleur match en indoor de l’histoire du tennis.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
15 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Hop fed

12.11.2020 à 11:09

Pour un face a face entre djoko et Sampras ! Les haineux sont de sortie pour critiquer Federer vraiment vous êtes de petite personnes car vous lui arriver pas a la cheville ! Mais continuer de le critiquer comme ça , car a voir c'est le seule bonheur que vous avez dans votre vie !!!

Halep Timère III

11.11.2020 à 15:42

C'est fou ce que les groupies de Rodgeur portent en eux le chauvinisme et la mauvaise foi. Le magnifique mais prétentieux joueur qu'est RF ne le mérite pas plus que ça. Pour moi il restera un tennisman fabuleux mais un personnage avide qui n'a jamais vraiment sacrifié son temps pour jouer en équipe sous prétexte de raisons familiales alors qu'au même moment il allait s'exhiber en Amérique du Sud pour 7 mios d'USD, déclarant que ses fans sud-américains méritaient de le voir jouer, mais à quel prix, celui des favelas ? Quelle modestie ! De plus, en 2014 avant l'open d'Australie, il avait déclaré ne pas jouer la Daviscup; il n'avait pas prévu que Stan remporterait cet open et que dans la foulée il se rendrait en Serbie pour le 1/8e de finale ; là-dessus RF s'est senti obligé d'y aller et de mentir en disant qu'il n'avait jamais décliné l'invitation. Cette année-là il a été élu "sportif suisse de l'année" alors que Stan a gagné un GC, puis porté l'équipe sur ses épaules contre la France.

CC7

11.11.2020 à 15:19

Quand je vois tout ces commentaires haineux parce que ce n'est pas Federer. Réveillez et arrêtez de toujours parler de dopage. Si Feferer était Français vous diriez aussi qu'il se dope. Mauvaise foi. Allez Djokovic et Nadal!