Publié

NestléPeter Brabeck se confie sur sa maladie

Le président du conseil d'administration de Nestlé a accordé une interview à «L'Illustré». Il se rend régulièrement au CHUV pour subir un «traitement assez agressif» tout en poursuivant de front son activité professionnelle.

Peter Brabeck lors de l'assemblée générale générale du Credit Suisse - il fait partie du Conseil d'administration de la banque - le 9 mai 2014, à Zurich.

Peter Brabeck lors de l'assemblée générale générale du Credit Suisse - il fait partie du Conseil d'administration de la banque - le 9 mai 2014, à Zurich.

ARCHIVES, Keystone

Peter Brabeck, le président du conseil d'administration de Nestlé, suit actuellement un «traitement assez agressif» pour lutter contre la maladie qui le touche. Il est soigné au CHUV à Lausanne, où il se rend régulièrement. Il assure mener une vie professionnelle et privée normale.

Dans une interview accordée à L'Illustré, Peter Brabeck revient mercredi sur son «problème médical» - il ne donne pas le nom de la maladie - découvert brutalement en février dernier. «Franchement, cette maladie était une surprise extraordinaire», a-t-il confié.

Au mois de décembre, le président de Nestlé, 69 ans, a fait un check-up complet qui s'est révélé «à 100% impeccable». «Le 12 décembre j'ai été déclaré l'homme le plus sain du monde. Six semaines après, on m'a dit: si vous ne faites rien, vous en avez pour six mois», dit-il.

Maladie curable

La maladie est curable et les chances de guérison sont très élevées, même si «le traitement est assez agressif», explique-t-il. Il est soigné au CHUV où il est «ébahi par la qualité des soins et par la gentillesse des gens». Le traitement, limité dans le temps, devrait durer «à peu près six mois. J'ai déjà plus de la moitié derrière moi», observe-t-il. «Le résultat est conforme à notre plan, donc je suis très content».

Pendant ces six mois de traitement, l'homme s'est lancé un défi: passer sa licence d'hélicoptère, pour reléguer au second plan sa maladie. «Quand je vais au CHUV, j'ai mon manuel sur l'hélicoptère et je me concentre là-dessus. Je ne me concentre pas sur le traitement».

L'Autrichien rappelle qu'il va se retirer de la présidence de Nestlé en avril 2017. Durant sa retraite, il va s'occuper de ses projets immobiliers en Suisse et à Ibiza, aujourd'hui gérés par sa femme et son fils. Il a aussi des projets dans l'hôtellerie et dans l'élevage de poissons en Suisse. «J'ai la tête pleine d'idées».

(ats)

Ton opinion