Publié

UDCPeter Spuhler se défend de partir au pire moment

Le Thurgovien l'affirme: sa décision de quitter le Conseil national «n'a rien à voir» avec la situation actuelle de l'UDC. Il renonce à ses ambitions politiques mais il restera membre du parti.

par
Marc-Henri Jobin
1 / 9
«Le force du franc suisse continue de nous faire souffrir dans les appels d'offre», explique Peter Spuhler, qui dit devoir se consacrer totalement à son entreprise.

«Le force du franc suisse continue de nous faire souffrir dans les appels d'offre», explique Peter Spuhler, qui dit devoir se consacrer totalement à son entreprise.

Keystone
Le patron de Stadler Rail est entré au Parlement en 1999, en tant que conseiller national UDC pour la Thurgovie. Membre de la Commission de l'économie et des redevances, il a été réélu à chaque fois sans difficulté, même s'il n'a pas toujours suivi la ligne du parti. Il s'est par exemple engagé en faveur de la libre circulation des personnes

Le patron de Stadler Rail est entré au Parlement en 1999, en tant que conseiller national UDC pour la Thurgovie. Membre de la Commission de l'économie et des redevances, il a été réélu à chaque fois sans difficulté, même s'il n'a pas toujours suivi la ligne du parti. Il s'est par exemple engagé en faveur de la libre circulation des personnes

Keystone
Vu la situation économique, Peter Spuhler (53 ans), se voit devant la nécessité de se concentrer davantage sur son entreprise. Il est aussi membres des conseils d'administration de Aebi-Schmidt, Rieter et Autoneum.

Vu la situation économique, Peter Spuhler (53 ans), se voit devant la nécessité de se concentrer davantage sur son entreprise. Il est aussi membres des conseils d'administration de Aebi-Schmidt, Rieter et Autoneum.

Keystone

«Un parti populaire vit de controverses et du fait qu'il y a aussi parfois des conflits», admet le conseiller national thurgovien Peter Spuhler. Mais même si sa décision d'abandonner son mandat sous Coupole résonne comme un nouveau coup dur pour l'UDC, l'intéressé nie avoir été influencé dans sa décision par la période trouble que traverse son parti.

Votre opinion