Brexit: Petite avance pour le maintien dans l'UE
Publié

BrexitPetite avance pour le maintien dans l'UE

Une courte majorité de Britanniques se prononce pour le maintien du pays, affirme samedi un sondage.

1 / 75
Le ministre britannique des Finances George Osborne va présenter ludi, avant l'ouvertures des marchés financiers européens, les mesures économiques que le gouvernement entend prendre en réponse au vote en faveur d'une sortie de l'Union européenne.  (Lundi 27 juin 2016)

Le ministre britannique des Finances George Osborne va présenter ludi, avant l'ouvertures des marchés financiers européens, les mesures économiques que le gouvernement entend prendre en réponse au vote en faveur d'une sortie de l'Union européenne. (Lundi 27 juin 2016)

Keystone
Jeremy Corbyn a annoncé lundi qu'il ne démissionnerai pas. Le chef du parti travailliste britannique n'entend pas répondre aux reproches de nombreux collègues de son parti qui jugent qu'il n'a pas fait campagne assez énergiquement pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE. D'autres cadres du parti ont pourtant démissionné. (image d'archive)

Jeremy Corbyn a annoncé lundi qu'il ne démissionnerai pas. Le chef du parti travailliste britannique n'entend pas répondre aux reproches de nombreux collègues de son parti qui jugent qu'il n'a pas fait campagne assez énergiquement pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE. D'autres cadres du parti ont pourtant démissionné. (image d'archive)

Keystone
Le Royaume-Uni pourrait ne «jamais» déclencher sa sortie de l'Union européenne malgré le vote en ce sens, jeudi. C'est en tout cas le «sentiment personnel» d'un diplomate européen requerrant l'anonymat. Cameron a dit laisser à son successeur la tâche d'envoyer cette notification, ce qui repousse d'office ce geste à octobre. (Image prétexte)

Le Royaume-Uni pourrait ne «jamais» déclencher sa sortie de l'Union européenne malgré le vote en ce sens, jeudi. C'est en tout cas le «sentiment personnel» d'un diplomate européen requerrant l'anonymat. Cameron a dit laisser à son successeur la tâche d'envoyer cette notification, ce qui repousse d'office ce geste à octobre. (Image prétexte)

Keystone

L'enquête effectuée via Internet place le camp du maintien en tête avec 44% des intentions de vote contre 40% pour les partisans d'un divorce avec l'UE.

Le précédent sondage mené par le même institut, Opinium, le mois dernier, donnait un écart plus resserré avec 42% pour le maintien et 41% pour une sortie. Les électeurs britanniques se prononceront par référendum le 23 juin prochain.

Adam Drummond, d'Opinium Research, attribue principalement l'évolution du rapport de forces aux «électeurs conservateurs qui sont passés d'un soutien étroit au Brexit fin avril à une large avance en faveur du maintien».

Mouvement en faveur du maintien

«Il semble s'être produit un mouvement en faveur du maintien dans l'UE, particulièrement compte tenu du fait que notre sondage a été mené en suivant une méthodologie via Internet qui aboutit généralement à des résultats plus serrés que les sondages effectués par téléphone», a-t-il ajouté.

L'institut ICM et le Guardian ont démontré cette semaine la nette variation des réponses selon que les personnes sondées étaient interrogées par téléphone (47% pour le maintien, 39% pour le Brexit) ou via Internet (47% pour le Brexit, 39% pour le maintien).

L'enquête Opinium a été conduite auprès de 2008 adultes entre les 17 et 19 mai.

(ats)

Votre opinion