Publié

Solidarité populairePétition pour transmettre la liste d'évadés fiscaux grecs

Lancée par le syndicaliste genevois Paolo Gilardi, la pétition demande au gouvernement suisse de transmettre la liste des Grecs ayant un compte bancaire en Suisse «pour contribuer à sauver le peuple grec».

Paolo Gilardi, le militant syndicaliste et activiste de gauche établi à Genève.

Paolo Gilardi, le militant syndicaliste et activiste de gauche établi à Genève.

ARCHIVES, Keystone

Une pétition demandant au gouvernement suisse de transmettre la liste des Grecs ayant un compte bancaire en Suisse "pour contribuer à sauver le peuple grec" a été lancée mardi à Genève.

La pétition, adressée au Conseil fédéral (gouvernement suisse), a été lancée par Paolo Gilardi, le militant syndicaliste et activiste de gauche établi à Genève.

Le pétitionnaire s'appuie sur un cas similaire selon lui: la transmission des noms de plusieurs milliers de citoyens américains ayant des comptes en Suisse pour échapper au fisc américain, "afin de sauver les activités de la banque UBS aux Etats-Unis". "Aujourd'hui, indique la pétition, nous vous demandons solennellement d'en faire de même pour sauver le peuple grec".

Selon Paolo Gilardi, citant l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, l'évasion fiscale grecque représentait en 2010 l'équivalent de deux fois et demi le PIB du pays, soit 550 milliards d'euros.

"Une partie de cet argent, vous le savez, repose dans les coffres des banques suisses", indique le texte, et cet argent, "échappant à tout impôt, est à l'abri, alors que ces mêmes banques bénéficiaires de ces dépôts et d'autres contribuent à affamer encore plus le peuple grec".

La Suisse et la Grèce sont en train de négocier un accord pour régulariser ces fonds non déclarés.

Ce accord, de type Rubik, permet au contribuable grec fraudeur de préserver son anonymat, mais son argent placé en Suisse est taxé.

Brusque changement d'avis

La Grèce avait accepté de négocier sur cette base, mais a brusquement changé d'avis le 1er octobre, en indiquant qu'elle voulait identifier ses exilés fiscaux en Suisse, grâce à un CD provenant d'une banque suisse et contenant des listes de ressortissants qui détiennent des comptes non déclarés, selon une déclaration du ministre grec des Finances.

Le ministère grec des Finances ne donne pas d'estimation des montants des fonds non déclarés en Suisse. Mais il avait indiqué en juillet que 16 millions d'euros étaient légalement sortis de Grèce ces deux dernières années, dont moins de 10% vers la Suisse.

En septembre dernier, l'Association suisse des banquiers (ASB) avait rejeté une demande adressée par la Grèce en début d'année pour identifier d'éventuels comptes non-déclarés de députés grecs. Requête jugée irrecevable

Cette requête, à l'initiative à l'époque du président socialiste du parlement, avait d'emblée été jugée irrecevable par les experts.

Selon une statistique de la Banque nationale suisse, les clients grecs ont déposé en 2011 l'équivalent de quelque 4,3 milliards de francs suisses (3,5 milliards d'euros) sur des comptes en Suisse, soit 1,5 milliard de plus qu'un an auparavant.

Mais le mystère demeure toujours sur le montant total des fonds grecs dissimulés en Suisse.

Dans la presse grecque, les estimations vont globalement de 2 à 200 milliards d'euros.

(AFP)

Votre opinion