04.09.2017 à 00:23

Foot - Mondial 2018Petkovic: «Il y avait de la place pour 10 ou 15 buts»

Vladimir Petkovic, satisfait des victoires contre Andorre et la Lettonie, aimerait que sa sélection soit plus efficace.

1 / 66
Ricardo Rodriguez et Granit Xhaka se congratulent au coup de sifflet final après la qualification de la Suisse pour le Mondial (Dimanche 12 novembre 2017).

Ricardo Rodriguez et Granit Xhaka se congratulent au coup de sifflet final après la qualification de la Suisse pour le Mondial (Dimanche 12 novembre 2017).

Keystone
Dans le temps additionnel, Ricardo Rodriguez a sauvé toute une nation en dégageant un ballon de but nord-irlandais sur la ligne (Dimanche 12 novembre 2017).

Dans le temps additionnel, Ricardo Rodriguez a sauvé toute une nation en dégageant un ballon de but nord-irlandais sur la ligne (Dimanche 12 novembre 2017).

Keystone
Victorieuse 1-0 en Irlande du Nord, la Suisse a conservé son avantage avec un match nul 0-0 à Bâle (Dimanche 12 novembre 2017).

Victorieuse 1-0 en Irlande du Nord, la Suisse a conservé son avantage avec un match nul 0-0 à Bâle (Dimanche 12 novembre 2017).

Keystone

Huit victoires en huit matches mais une qualification qui est encore loin d'être acquise: Vladimir Petkovic ne peut pas être un entraîneur pleinement satisfait.

«Notre parcours depuis le début de ce tour préliminaire est magnifique. Il revêt presque un caractère historique, mais il ne nous garantit rien encore», souligne le sélectionneur. Tout se jouera donc le 10 octobre à Lisbonne. «Mais avant d'aller au Portugal, il nous faut les trois points de la victoire le 7 octobre contre la Hongrie, dit-il. Gagner est toujours la meilleure préparation que l'on puisse avoir. Je sais qu'un nul contre la Hongrie à Bâle sera aussi un bon résultat. Mais je le répète: pour l'équipe, il vaut mieux arriver à Lisbonne avec une neuvième victoire dans nos bagages.»

Handicap de moins 9

Dans un monde idéal, la Suisse aurait pu se mettre à l'abri d'un éventuel retour des Portugais si elle avait davantage soigné sa différence de buts. Elle accuse avant les deux dernières rencontres un handicap de -9 sur le Portugal qui a trouvé le chemin des filets à 28 reprises contre 18 à la Suisse.

«Sur nos deux derniers matches contre Andorre et en Lettonie, nous marquons six buts, explique Vladimir Petkovic. Il y avait vraiment de la place pour en enfiler une dizaine ou même une quinzaine lors de ces deux rencontres. Nous devons encore gagner en efficacité devant la cage adverse. Jeudi et ce soir mais aussi lors des six précédentes parties, nous aurions dû marquer davantage.»

Vladimir Petkovic refuse toutefois de «pleurer» sur ce manque de réalisme. «Non, en aucun cas. Je ne me lasserai jamais de le dire: cette campagne est une très belle campagne pour l'équipe de Suisse, affirme-t-il avec force. Ce soir, notre entame de match fut parfaite. Il y avait de la volonté dans l'engagement, de la qualité dans le jeu. La seule fausse note fut ce penalty raté qui explique sans doute pourquoi la fin de la première période fut plus délicate. Mais je suis extrêmement fier de la maturité de cette équipe. En football, le mental est le plus important. Le nôtre, dans cette campagne, est très fort.»

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!