Football: Petkovic s’ouvre sur sa vie, entre football et galère

Publié

FootballPetkovic s’ouvre sur sa vie, entre football et galère

Le sélectionneur de la Suisse a accordé un long entretien à «Sonntagsblick», revenant notamment sur sa vie mouvementée.

par
Sport-Center
Vladimir Petkovic est revenu sur sa vie, pleine de rebondissement et de défis.

Vladimir Petkovic est revenu sur sa vie, pleine de rebondissement et de défis.

KEYSTONE

Avant de gérer les meilleurs joueurs de Suisse, Vladimir Petkovic a avalé quelques couleuvres. Dans un entretien accordé à Sonntagsblick, le sélectionneur de l’équipe de Suisse a détaillé quelques tranches d’une vie mouvementée. Né en 1963 à Sarajevo en ex-Yougoslavie, celui qui n’était pas encore appelé le «Docteur» a effectué un long chemin parsemé d’embûches avant de briller sous les projecteurs internationaux.

Après avoir évolué comme footballeur professionnel à Sarajevo dans les années 80, le jeune Petkovic avait comme ambition de poursuivre sa carrière sur les pelouses helvétiques. Pour y parvenir, le joueur a dû activer son réseau. Un lien a pu être établi grâce à un ami de son père en contact avec un agent helvétique.

«Ces expériences sont précieuses dans l’apprentissage de la gestion d’un groupe et des individualités»

Vladimir Petkovic

Mais l’arrivée en territoire helvétique n’a pas été simple. Personne ne l’a accueilli à l’aéroport. Il n’avait pas un sou en poche pour passer un appel depuis une cabine téléphonique. Néanmoins, malgré ces avanies, il raconte qu’il s’est très vite «senti chez lui».

Ses essais à Saint-Gall, alors dirigé par Markus Frei, le père de Fabian, n’ont pas été concluants à une époque où les clubs ne pouvaient composer qu’avec deux étrangers. Il s’est finalement engagé avec Coire, avant de changer régulièrement d’adresse et de naviguer entre le Valais (Martigny et Sion), les Grisons (Coire encore) et le Tessin (Bellinzone et Locarno).

Amis morts durant la guerre

La famille Petkovic était en visite à Sarajevo lors du début de la guerre en 1992. Si les horreurs ne l’ont pas épargné, l’actuel sélectionneur national souligne avoir échappé aux exactions lorsqu’il se trouvait dans son pays. Par la suite, il a réussi à convaincre sa famille de le rejoindre en Suisse pour sa sécurité. Néanmoins, plusieurs de ses amis ont succombé.

Après cet épisode forcément marquant, l’ancien footballeur a connu les fins de mois difficiles et s’est retrouvé au chômage.

Dès 1992, le «Mister» a suivi des cours dans le but de devenir entraîneur. D’abord pour les enfants, ensuite avec des ados. En 1996, il a eu besoin de sécurité financière pour subvenir aux besoins de sa famille. C’est ce qui l’a poussé à chercher un emploi à côté de son activité dans le monde du ballon rond. Il est devenu responsable d’équipe dans une société de nettoyage. Mais, après deux ans de service, il a été licencié et s’est à nouveau retrouvé au chômage.

Un emploi chez Caritas

Lors d’un cours dispensé dans le cadre dans un programme de recherche d’emploi, il a tapé dans l’œil de ses formateurs qui lui ont proposé une place. Mais, deux ans plus tard, l’institut a été fermé par la justice: il trempait dans le blanchiment d’argent. Revoilà «Petko» de retour à la case chômage. Il a alors rebondi chez Caritas, qui s’occupait de chômeurs et de personnes empêtrées dans l’alcool et la drogue.

«Ces expériences sont précieuses dans l’apprentissage de la gestion d’un groupe et des individualités», souligne aujourd’hui le sélectionneur. Elles lui ont montré que chaque individu a sa personnalité, ses soucis et qu’il faut accorder de l’importance à ses spécificités.

Désormais, pour Petkovic, les fins de mois sont moins stressantes. La carrière d’entraîneur l’a notamment amené à la tête des Young Boys, du FC Sion, de la Lazio Rome et de la Suisse.

Un retour sur le banc d’une équipe? Le sélectionneur ne l’exclut pas, mais il faudrait que le changement «représente une progression».

Pour l’instant, le «Docteur» se sent toujours bien à la tête du onze à croix blanche, avec lequel il a prolongé son contrat jusqu’au terme des qualifications pour la Coupe du monde 2022. Son bail sera automatiquement reconduit en cas de qualification pour la phase finale du mondial qatari.

Ton opinion

16 commentaires