Brésil: Petrobras renoue avec les bénéfices

Publié

BrésilPetrobras renoue avec les bénéfices

Le géant pétrolier étatique brésilien a dégagé un bénéfice de 370 millions de reais (102 millions de francs) au deuxième trimestre.

Petrobras renoue avec les bénéfices après avoir affiché en 2015 des pertes record.

Petrobras renoue avec les bénéfices après avoir affiché en 2015 des pertes record.

Keystone

Petrobras renoue ainsi avec les gains après trois trimestres de pertes, grâce à une augmentation de sa production et une hausse des prix du pétrole.

Sur la période allant d'avril à juin 2016, le bénéfice est cependant inférieur de 32% à celui enregistré durant la même période de 2015, qui avait marqué le dernier trimestre dans le vert pour le groupe, au coeur du plus vaste scandale de corruption de l'histoire du Brésil.

Le géant pétrolier avait affiché pour 2015 des pertes record de 9,6 milliards de dollars (9,3 milliards de francs), affecté par la chute des cours du brut et par la crise économique et politique qui sévit au Brésil. En 2015, l'économie brésilienne s'est contractée de 3,8% et un recul similaire est attendu pour cette année.

Au deuxième trimestre, la production de Petrobras au Brésil et à l'extérieur du pays a atteint 2,8 millions de barils par jour, soit «une augmentation de 7% par rapport au premier trimestre 2016», a indiqué le groupe dans un communiqué publié jeudi soir.

Les ventes sur le marché intérieur ont augmenté de 3% par rapport au trimestre précédent, avec un total de 2,10 millions de barils par jour. Les exportations de pétrole et de produits dérivés ont progressé de 14%.

Petrobras a souligné que les prix du Brent avaient augmenté de 34% en moyenne sur le trimestre, une bonne nouvelle pour le groupe endetté et engagé dans un processus de réduction des investissements et des dépenses.

Scandale financier

Pendant au moins dix ans, Petrobras a été lié à un gigantesque réseau de pots-de-vin qui ont en partie été reversés à des responsables de la coalition de gauche au pouvoir, dirigée par le Parti des Travailleurs, en échange de postes dans l'entreprise.

On estime que les fraudes ont coûté au groupe environ 2 milliards de dollars en une décennie.

Le scandale qui a éclaté en 2014 et ses incessants rebondissements, en pleine récession économique, ont envenimé une crise politique qui a considérablement affaibli la présidente Dilma Rousseff.

Le Sénat l'a écartée du pouvoir au mois de mai sous l'accusation de maquillage des comptes publics, puis s'est prononcé mercredi pour son procès en destitution.

Celui-ci devrait s'ouvrir le 25 août, quatre jours après la fin des Jeux olympiques, et durer cinq jours. Il pourrait aboutir au départ définitif de Dilma Rousseff.

(ats)

Ton opinion