Actualisé 19.10.2014 à 18:27

NépalPeu d'espoir pour les disparus après la tempête de neige

Les secours népalais ont fait savoir dimanche qu'il reste peu d'espoir pour la quarantaine de personnes encore portées disparues après la tempête de neige survenue mardi.

Les secours népalais sont encore à la recherche d'une quarantaine de personnes.

Les secours népalais sont encore à la recherche d'une quarantaine de personnes.

Nepalese Army, Keystone

L'espoir s'amenuise pour la quarantaine de personnes toujours portées disparues à la suite de la tempête de neige et des avalanches de cette semaine au Népal, ont fait savoir ce dimanche 19 octobre les secours. Le bilan s'élève actuellement à 40 morts.

Plus de 500 personnes, dont 230 étrangers, ont pu être secourues depuis mercredi dans cette région appréciée des touristes et des amateurs de trekking autour de l'Annapurna. Douze hélicoptères et des unités de l'armée participent aux opérations.

La pire catastrophe pour le trekking

La tempête inhabituelle de mardi, survenue en pleine saison de trek, a déclenché de graves avalanches. Selon les autorités, il s'agit de la pire catastrophe pour le trekking au Népal.

Le décompte des victimes est différent selon les sources mais selon l'Association des agences de trek du Népal, un total de 40 personnes sont mortes, et non 43 comme annoncé la veille. Au total, selon cette association, 32 corps ont été récupérés, dont douze dimanche, et huit autres ont été repérés.

Parmi les victimes figurent au moins 19 touristes étrangers, venant notamment du Canada, d'Israël, de Pologne, de Slovaquie, d'Inde et du Vietnam.

Pour un système national d'alerte

Des milliers de personnes entreprennent le parcours de trek du tour de l'Annapurna chaque année au moins d'octobre où les conditions météo sont normalement le plus favorables. Quelque 168 randonneurs étrangers s'étaient enregistrés comme étant partis pour un trek dans les districts touchés de Manang et de Mustang.

Cette catastrophe a poussé le premier ministre du Népal, Sushil Koirala, a annoncer son intention de mettre sur pied un système national d'alerte. Keshav Pandey, le vice-président de l'Association des agences de trekking du Népal, avait déclaré que le pays ne possédait aucun mécanisme d'alerte permettant d'avertir les randonneurs de mauvaises conditions climatiques.

En avril, une gigantesque avalanche de séracs avait balayé la voie normale du versant népalais de l'Everest, entraînant 16 sherpas dans la mort.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!