Football: Peu importe l’offre, Lausanne ne lâchera pas sa pépite
Publié

FootballPeu importe l’offre, Lausanne ne lâchera pas sa pépite

Approché par le FC Bâle et d’autres clubs, Andi Zeqiri est jugé «intransférable» à la Pontaise. Les explications du directeur sportif Pablo Iglesias.

par
Sport-Center
A la Pontaise, il n'est pas question d'un départ d'Andi Zeqiri, fortement sollicité, ni même d'un autre joueur du Lausanne-Sport.

A la Pontaise, il n'est pas question d'un départ d'Andi Zeqiri, fortement sollicité, ni même d'un autre joueur du Lausanne-Sport.

Keystone

Confortable leader de Challenge League à la pause (avec six points d'avance sur GC), Lausanne prépare sereinement en Andalousie une deuxième partie de saison qui doit lui permettre de retrouver l’élite helvétique au mois de mai sinon avant. Seul l’intérêt de clubs étrangers ou même suisses, prêts à acquérir l’un ou l’autre joyau de la Pontaise, vient épisodiquement troubler la quiétude ambiante.

A 20 ans, Andi Zeqiri, deuxième meilleur buteur de Challenge League avec déjà 12 buts inscrits, est l’un des joueurs vaudois les plus souvent sollicités depuis plusieurs semaines. Un intérêt encore renforcé depuis le doublé que l’international helvétique des M21 avait inscrit contre la France en novembre dernier à Neuchâtel (3-1).

Lausanne doit-il dès lors craindre de perdre un joueur sous contrat jusqu’en juin 2021, et qui vient de changer d’agent durant les Fêtes?Dans son édition de ce mercredi, Blickévoque une rencontre secrète qui s’est tenue à Chavannes-de-Bogis, près de Nyon, avant Noël entre des représentants du joueur et le FC Bâle, notamment son directeur sportif Ruedi Zbinden, prêt à acquérir l’attaquant dès cet hiver.

Directeur sportif du LS, Pablo Iglesis préfère en sourire. «On ne peut pas donner de l’importance à quelque chose qui n’existe pas pour nous. Les choses sont d’ailleurs très claires avec Andy. Nous en avons encore parlé avec lui et son agent la semaine passée. D’autant que ce n’est pas la première fois que des clubs passent à l’offensive… D’une manière globale, il n’y aura aucun mouvement à Lausanne cet hiver, sauf cas de force majeure (ndlr: type blessure)

S’il ne nie pas des approches extérieures, parfois téléguidées, notre interlocuteur se veut d’ailleurs formel: Zeqiri, Turkes, Ndoye,le capitaine Kukuruzovic et d’autres encore sont aujourd’hui tous jugés intransférables par Ineos. «Nos joueurs se sentent impliqués dans notre projet de retrouver la Super League ce printemps, ils y participent activement en étant considérés humainement et financièrement à leur juste valeur.»

A La Pontaise, Jim Ratcliffe (propriétaire) et son frère Bob, président du club, n’entendent d’ailleurs nullement en faire une question financière. Quand on est l’homme le plus riche du Royaume-Uni, assis sur une fortune estimée à quelques 28 milliards de francs, on n’a pas, il est vrai, nécessairement besoin des millions proposés par le FC Bâle ou un autre club. Pablo Iglesias à la relance: «A l'étranger, les gens pensent faire la bonne affaire parce que Lausanne évolue en 2e division helvétique. Ce qu’ils oublient toujours, c’est qui en est le propriétaire… Aujourd’hui, le club passe avant tout autre intérêt. On n’entre pas en discussions, peu importe l’offre, ce qui n’aurait sans doute pas été le cas avec un autre propriétaire...»

Voilà qui est clair et s’apparente à une mise au point. Avant la prochaine offensive. Et en attendant un savoureux Lausanne-Bâle de Coupe de Suisse (5 mars)…

N.JR

Votre opinion