13.11.2014 à 14:00

Conquête spatialePhilae aurait atterri sur une pente très inclinée

Après l'euphorie des premiers instants, les responsables de la mission Rosetta pensent que le robot a atterri à un kilomètre de sa cible initiale.

1 / 29
Philae, le héros interplanétaire, a fêté le 12 novembre 2015 sa première bougie sur la comète «Tchouri» mais il ne donne plus signe de vie depuis le 9 juillet. (8 décembre 2015)

Philae, le héros interplanétaire, a fêté le 12 novembre 2015 sa première bougie sur la comète «Tchouri» mais il ne donne plus signe de vie depuis le 9 juillet. (8 décembre 2015)

AFP
De l'oxygène a été découvert dans l'atmosphère de la comète Tchouri par des chercheurs de l'Université de Berne. (Mercredi 28 octobre 2015)

De l'oxygène a été découvert dans l'atmosphère de la comète Tchouri par des chercheurs de l'Université de Berne. (Mercredi 28 octobre 2015)

Keystone
Quatre molécules organiques détectées sur la comète Tchouri entrent dans une chaîne d'évolution chimique pouvant aboutir à la formation de briques élémentaires de la vie, ont annoncé les chercheurs à la tête du projet. (Jeudi 30 juillet 2015)

Quatre molécules organiques détectées sur la comète Tchouri entrent dans une chaîne d'évolution chimique pouvant aboutir à la formation de briques élémentaires de la vie, ont annoncé les chercheurs à la tête du projet. (Jeudi 30 juillet 2015)

Keystone

Le robot Philae, qui s'est posé mercredi sur la comète «Tchouri», «fonctionne bien» mais il se trouve «sans doute sur une pente fortement inclinée», a indiqué jeudi à l'AFP Philippe Gaudon, chef du projet Rosetta au Centre national d'Etudes spatiales (CNES) à Toulouse.

«Philae fonctionne bien. Sa pile fonctionne bien et lui fournit de l'énergie», a-t-il dit. «Nous pouvons lui envoyer des commandes et il nous envoie des données», a déclaré M. Gaudon interrogé par téléphone depuis Toulouse (sud) où se trouve l'un des centres impliqués dans la mission de la sonde européenne Rosetta.

Les instruments fonctionnent

«Tous les instruments scientifiques à qui on avait donné l'ordre de travailler cette nuit ont fonctionné correctement», a-t-il ajouté.

Mais au vu des photos qu'il envoie, Philae «se trouve sans doute sur une pente fortement inclinée», a-t-il expliqué. «Il semble entouré de falaises» et donc «assez bloqué», a-t-il noté.

Philae est doté de six caméras et prend des photos dans plusieurs directions. Sur l'une, on voit le ciel, sur une autre le sol, sur une autre encore une falaise.

Après son atterrissage mercredi, le robot a effectué «deux rebonds» car les harpons n'ont pas fonctionné.

Philae s'est donc «peut-être éloigné d'un kilomètre de l'endroit» de son point de chute initial. «Notre priorité est de continuer à faire des analyses scientifiques sans rien bouger», a dit M. Gaudon.

Atterrissage dans un bac à sable

Des fluctuations dans les signaux radio suggèrent soit que Philae a atterri dans une sorte de «bac à sable», soit qu'il a doucement rebondi sur la surface avant de se reposer une seconde fois. «Donc, peut-être aujourd'hui, nous avons atterri deux fois», a lancé Stephan Ulamec, déclenchant les rires de l'assistance.

«Nous savons que le robot a touché le sol de la comète. Nous avons reçu un signal très clair et nous avons aussi reçu des données de l'atterrisseur, notamment scientifiques. C'est la très bonne nouvelle», a-t-il souligné. «La mauvaise nouvelle, c'est qu'apparemment ses harpons n'ont pas fonctionné et qu'il n'est pas ancré à la surface».

Les expériences de cette mission entamée il y a une décennie doivent aider les scientifiques à comprendre comment la Terre et les autres planètes se sont formées, les comètes étant les restes de la création du système solaire il y a 4,6 milliards d'années.

Les prélèvements effectués par le robot pourraient aussi donner des informations sur les origines du système solaire, voire sur l'apparition de l'eau et de la vie sur Terre.

Le fil Twitter de Philae

Tweets de @Philae2014

Philae, une épopée spatiale en 10 chiffres clés

- 10 ans et 8 mois:c'est le temps déjà passé dans l'espace par la sonde Rosetta depuis son lancement le 2 mars 2004. La mission est programmée pour durer jusqu'en décembre 2015.

- 6,5 milliards: le nombre des kilomètres parcourus dans l'espace par Rosetta. Ce n'était pas le chemin le plus court, mais les techniques actuelles de propulsion ne permettaient pas de prendre une trajectoire plus directe. La comète se trouve aujourd'hui à plus de 500 millions de km de la Terre, dont elle va encore s'éloigner jusqu'au 21 décembre (527 millions de km), avant que la distance ne commence à diminuer.

- 18 km/seconde: la vitesse à laquelle file la comète, escortée par Rosetta. Philae descend sur la comète à une vitesse de 1 mètre/s, soit 3,5 km/h.

- 22,5 km: la distance par rapport au centre du noyau de la comète, à laquelle Rosetta a largué Philae, soit 20 km de la surface.

- 7 heures:c'est le temps que doit mettre mercredi 12 novembre 2014 Philae, en chute libre, depuis son largage par Rosetta, pour atterrir sur le noyau de la comète.

- 28 minutes et 20 secondes: le délai de communication entre Rosetta et la Terre mercredi.

- 2,5 m: la profondeur à laquelle peuvent s'enfoncer dans le sol cométaire les deux harpons qui doivent ancrer Philae sur le noyau de la comète.

- 25 cm:la profondeur jusqu'où SD2, un des dix instruments scientifiques de Philae, pourra forer le sol pour prélever des échantillons qui seront analysés sur place par d'autres instruments.

- 185,9 millions de km: la distance minimale entre la comète et le Soleil, dite «périphile», qui sera atteinte le 13 août 2015. La comète, toujours escortée de Rosetta, sera alors à 270 millions de kilomètres de la Terre.

- 1,3 milliard d'euros (1,56 milliard de francs): le coût total de la mission Rosetta sur 20 ans.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!