France - Philippe Etchebest sur le pass sanitaire pour se rendre au resto: «C’est brutal»
Publié

FrancePhilippe Etchebest sur le pass sanitaire pour se rendre au resto: «C’est brutal»

Habitué aux coups de gueule sur les mesures du gouvernement face à la pandémie de coronavirus, le chef s’inquiète du calendrier mis en place.

par
L. F.
«On se sert de nous, j’ai l’impression. On peut servir d’outil mais pas d’otage», a dénoncé le chef Philippe Etchebest (ici en octobre 2020) à l’antenne de BFMTV.

«On se sert de nous, j’ai l’impression. On peut servir d’outil mais pas d’otage», a dénoncé le chef Philippe Etchebest (ici en octobre 2020) à l’antenne de BFMTV.

AFP via Getty Images

On entend beaucoup la voix de Philippe Etchebest depuis le début de la pandémie de coronavirus. En avril 2020, le très médiatique chef lançait un cri d’alerte sur sa profession. En septembre, il déplorait le manque d’aide du gouvernement français envers les milieux de la restauration et de l’hôtellerie, fortement touchés par la crise.

Mardi sur BFMTV, le juré de «Top Chef» sest cette fois inquiété du calendrier de la mise en place de l’obligation du pass sanitaire pour pouvoir aller au resto, et même en terrasse, dès le 1er août. «Ce n’est pas qu’on soit contre, en tout cas une grande partie, le pass sanitaire. Mais c’est la méthode. Ça va très vite. On n’a pas été concerté en amont, comme ça avait été le cas lors du premier déconfinement pour les mesures restrictives sanitaires. Donc là c’est assez brutal. On se sert de nous, j’ai l’impression. On peut servir d’outil mais pas d’otage», a dénoncé Philippe Etchebest.

«Si l’État prend la responsabilité et veut assumer le fait que tout le monde doit être vacciné, qu’il le dise très clairement. Après on peut mettre des choses en place certainement. Mais là c’est violent, c’est assez rapide. On est mis devant le fait accompli. Et une fois de plus, c’est très dur», a ajouté le chef à l’antenne.

Il a changé d’avis sur le vaccin

Auparavant, sur RMC, Philippe Etchebest avait mis en garde sur la mise en place du pass sanitaire: «Vous vous rendez compte, un client un peu récalcitrant qui refuse de se faire sortir de l’établissement parce qu’il n’a pas le pass sanitaire, ça va finir en bagarre de saloon. On voit bien la réaction des gens parfois, ça peut être violent.»

Par ailleurs, il a confié avoir changé d’avis sur le vaccin. Il était septique «au début, quand c’est sorti». «Après, par la force des choses, je me suis fait vacciner. Un peu comme tout le monde. Pour ma sécurité, pour celle des autres aussi et pour pouvoir enfin vivre ensemble!» a déclaré le meilleur ouvrier de France.

Votre opinion