Actualisé

SouvenirsPierre Bellemare: son histoire avait une fin

Conteur hors pair, grande figure populaire et pionnier de l’audiovisuel français, Pierre Bellemare s’est tu à 88 ans.

par
Renaud Michiels
1 / 8
Figure majeure de l'audiovisuel français, Pierre Bellemare s'est éteint à 88 ans.

Figure majeure de l'audiovisuel français, Pierre Bellemare s'est éteint à 88 ans.

Joel Saget, AFP
Pierre Bellemare savait ne pas se prendre au sérieux, comme ici face à Jean Dujardin dans «OSS 117: Rio ne répond plus»…

Pierre Bellemare savait ne pas se prendre au sérieux, comme ici face à Jean Dujardin dans «OSS 117: Rio ne répond plus»…

DR
En 1958, Pierre Bellemare anime «La tête et les jambes», une séquence de l'émission «Télé Match», avant qu'elle ne devienne une émission à part entière à partir de 1960.

En 1958, Pierre Bellemare anime «La tête et les jambes», une séquence de l'émission «Télé Match», avant qu'elle ne devienne une émission à part entière à partir de 1960.

Bernard Lipnitzki

Pierre Bellemare était diminué par un AVC depuis 2011. Mais c’est depuis quelque mois que sa santé a décliné, selon son fils Pierre Dhostel. Le géant de l’audiovisuel français avait toujours mille projets en tête. «Et là, en août dernier, cet appétit avait disparu. Il y avait une sorte de vide. Le fait que plus personne ne pense à lui pour participer à une émission de télévision ou de radio le peinait beaucoup», expliquait-il hier au «Figaro». Pierre Bellemare s’est éteint samedi, à 88 ans, à l’Hôpital Foch, à Paris. Depuis, les hommages pleuvent. Des célébrités comme des anonymes. Démontrant la place immense que l’homme occupait dans les cœurs de trois générations de francophones.

Suractif et bouillonnant

Né en 1929, à Boulogne-Billancourt, il était entré à la radio à 17 ans. Comme technicien, puis comptable. Lui dira qu’il nettoyait surtout les disques. Il s’était retrouvé à l’antenne deux ans plus tard et ne l’avait plus quittée. Suractif, bouillonnant d’idées, souvent pionnier, il a été présent durant près de soixante ans dans des dizaines d’émissions populaires, tant à la radio qu’à la télévision: «Vous êtes formidable», «La tête et les jambes», «Pas une seconde à perdre», «La caméra invisible», «Cavalier seul». Ont suivi des émissions de téléachat, dont il est l’inventeur en France. Mais aussi «Les Grosses Têtes». Ou une place chez les vedettes de différentes époques, Dechavanne, Arthur ou Hanouna.

Maître du suspense

Pierre Bellemare était devenu une marque adorée: une moustache épaisse, des bretelles, une bonhomie qui n’entravait pas un chic très British, un délicieux sens de l’autodérision. Et c’était surtout une voix. Grave, chaude, inimitable, à la diction irréprochable. Il l’a déclinée à la radio, à la télévision. Maître du suspense, de la narration, des rebondissements comme des silences, le conteur-né a passé sa vie à raconter ses histoires. Des intrigues extraordinaires mais véridiques. Des récits historiques, des aventures, des crimes aussi glaçants que haletants.

«Les enquêtes impossibles», «C’est arrivé un jour», «Les dossiers extraordinaires»: Bellemare a tenu en haleine des millions d’oreilles. Des récits que le formidable conteur a couchés par écrit avec succès – plus de 4000 histoires pour quelque 10 millions de livres écoulés, selon «Le Point». «Des parents me disent: «J’ai enfin pu faire lire un livre à mon fils et c’est le vôtre», pouvait-il s’enorgueillir, notait hier «Libération». Sans qu’il se prenne pour un écrivain pour autant: «On essaie d’écrire dans un français correct», se contentait-il de relever. Sa plus belle qualité? «J’ai toujours été curieux des hommes. Et des femmes, bien entendu», répondait-il dans nos colonnes en 2011. Glissant qu’il avait rêvé de devenir «ingénieur des ponts et chaussées». Mais – heureusement! – il était nul en maths…

Frustré mais paisible

Deux fois marié, trois enfants: il avait aussi conté sa propre vie dans «Le bonheur est pour demain», ses Mémoires. Dont un pan peu banal: Bellemare a vécu et caché une double vie durant plus de dix ans, entre un nouvel amour et une épouse à qui il a certainement aussi raconté beaucoup d’histoires…

Pour souligner la popularité qu’il a pu avoir, «Le Monde» rappelait hier qu’un sondage avait été mené lors de l’élection présidentielle de 1974. Il accordait à Pierre Bellemare entre 50 et 55% des suffrages. Mais il ne s’était évidemment pas présenté. Il avait un public à captiver.

Bellemare est peut-être parti frustré de ne plus raconter assez d’histoires. Mais il est décédé «paisiblement», selon son fils. Peut-être, cependant, pas assez conscient de ce qu’il représentait. «Pierre Bellemare était le seul à ne pas savoir qu’il était Pierre Bellemare», a tranché Jean-Pierre Foucault sur BFM TV.

Toujours en avance sur son temps

Le prompteur

Bellemare avait «20 ans d’avance», a souligné hier l’animateur Julien Courbet. C’est en tout cas lui qui, après un voyage aux États-Unis en 1957, a été le premier à introduire le prompteur en France.

La caméra cachée

En 1963, Jacques Rouland et Jacques Legras piègent des auditeurs sur Europe 1. Pierre Bellemare décline l’idée pour la télévision et lance l’année suivante «La caméra invisible»: la caméra cachée est née.

Le téléachat

S’inspirant des États-Unis, Bellemare est le premier à lancer une émission de téléachats en France, en 1987. Il a présenté «Le magazine de l’objet» puis Téléshopping» durant sept ans. En faisant le délice des parodistes.

Votre opinion