Presse: Pierre Maudet mélange sa vérité dans le vin
Actualisé

PressePierre Maudet mélange sa vérité dans le vin

Étrange chronique de Pierre Maudet dans le Blick de mercredi. Dans un texte à double-sens, «In vino veritas», il parle de la vérité que le vin nous impose, qui «n'est pas toujours visible au premier abord.»

par
Eric Felley
Pierre Maudet s'est fait connaître en suisse alémanique lors de sa campagne pour le Conseil fédéral l'année dernière. Malgré son affaire, Blick publie toujours sa chronique hebdomadaire.

Pierre Maudet s'est fait connaître en suisse alémanique lors de sa campagne pour le Conseil fédéral l'année dernière. Malgré son affaire, Blick publie toujours sa chronique hebdomadaire.

KEYSTONE MARTIAL TREZZINI

Depuis sa fulgurante campagne au Conseil fédéral en 2017 en Suisse alémanique, Blick ouvre ses colonnes à Pierre Maudet tous les mercredis. Il y raconte la vie à Genève et en Romandie. Cette semaine, dans le contexte actuel, le titre de sa publication interpelle: «In vino veritas». Ciel, la vérité est dans le vin...

Lorsque l'on est confronté à un gros mensonge sur les circonstances d'un voyage à Abu Dhabi, cette référence à la vérité, fut-elle dans une bonne bouteille de Dardagny ou de Peissy, a de quoi surprendre. Dans sa chronique, le conseiller d'Etat évoque les charmes rousseauiste de l'automne naissant, la rentrée des enfants à l'école ou la rentrée politique. Pas un mot sur son affaire.

Il évoque ensuite le retour des vendanges et des fêtes qui se donnent un peu partout en Suisse Romande. Pour Pierre Maudet, les temps sont à la convivialité, aux valeurs traditionnelles de la table et à l'authenticité des produits. Toujours pas un mot sur son affaire. Progressivement il glisse vers son message, celui du vin qui nous confronte à la vérité: «La vérité est complexe, observe-t-il, c'est le bouquet de plusieurs cépages mélangés. Et le vin nous donne toujours l’occasion de comprendre: rien n’est simple, rien n’est immuable dans ce monde si sûr».

Quand le vin est tiré...

Enfin, il ajoute que le millésime nouveau est issu de la force, «de celle qu'il faut pour faire face à une réalité complexe dans laquelle la vérité n'est pas toujours visible au premier abord...» Parle-t-il enfin de son affaire? Ce serait-ce une façon de dire qu'il faut toujours se méfier de la première vérité. In vino veritas? On dit aussi: quand le vin est tiré, il faut le boire...

Votre opinion