04.07.2020 à 10:18

Pierre Maudet refuse de se rendre à une réunion du PLR

Genève

Le conseiller d’État genevois a affirmé dans un courrier électronique qu’il ne participera pas à la réunion lundi du comité directeur du Parti libéral-radical genevois, qu’il estime être un «procès politique».

Pierre Maudet ne veut pas participer à la réunion qui a pour but d’obtenir des éclaircissements au sujet d’un échange de messages avec son ex-collaborateur Simon Brandt.

Pierre Maudet ne veut pas participer à la réunion qui a pour but d’obtenir des éclaircissements au sujet d’un échange de messages avec son ex-collaborateur Simon Brandt.

Keystone

Pierre Maudet ne se rendra pas lundi matin à la réunion du comité directeur du PLR genevois qui pourrait décider de l’exclure du parti. Dans une newsletter personnelle, il affirme qu’il ne participera pas «à ce procès politique».

«Mon droit à être entendu est un leurre», selon le chef du Département du développement économique (DDE). Le comité directeur du PLR genevois se réunit lundi matin pour obtenir des éclaircissements au sujet d’un échange de messages entre le conseiller d’État et son ex-collaborateur Simon Brandt concernant le financement d’une soirée.

Le président du parti a mis à l’ordre du jour une possible exclusion de Pierre Maudet qui demanderait une approbation de deux tiers des membres présents. Le conseiller d’État aurait ensuite 30 jours pour faire appel de cette décision sur laquelle l’assemblée générale devrait alors se prononcer.

«Acharnement»

Dans la newsletter, Pierre Maudet promet de «rester debout» face à l’«acharnement» de certains à l’intérieur de son mouvement politique. Plus largement, il revient sur le renvoi devant les juges souhaité mercredi dernier par le Ministère public au terme de l’instruction pénale contre cinq prévenus, dont lui.

«C’est une étape importante qui a été franchie», relève le conseiller d’État. Il mentionne un «soulagement» de voir un juge indépendant se prononcer sur le dossier, dont il attend une décision «le plus rapidement possible». Il s’étonne que les fuites sur l’échange de messages avec Simon Brandt, saisi il y a plusieurs mois lors d’une perquisition, n’aient été publiées que cette semaine, un jour avant l’annonce de la prochaine clôture du Ministère public.

La principale accusation contre le magistrat est son voyage à Abu Dhabi, le Parquet soupçonnant une acceptation d’avantages. Le volet sur le financement des activités politiques est lui sur le point d’être abandonné, à la grande satisfaction du conseiller d’État.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!