Genève: Pierre Maudet veut «une politique des transports forte»
Publié

GenèvePierre Maudet veut «une politique des transports forte»

Le nouveau gouvernement genevois a passé en revue ses priorités dans un discours prononcé hier dans la cathédrale Saint-Pierre.

par
Lucie Fehlbaum
Dans son discours à la cathédrale Saint-Pierre, Pierre Maudet s’est attaché à donner des gages à tout le monde.

Dans son discours à la cathédrale Saint-Pierre, Pierre Maudet s’est attaché à donner des gages à tout le monde.

Martial Trezzini/Keystone

La mobilité sera au cœur de la législature 2018-2023 du gouvernement genevois. Pierre Maudet, président du Conseil d’État, a ouvert son discours de Saint-Pierre sur le Léman Express, la ligne ferroviaire franco-valdo-genevoise qui doit être inaugurée l’an prochain. Avec cette allocution, prononcée hier soir dans la cathédrale, le président a clôturé la prestation de serment du nouveau collège.

Pierre Maudet a décrit le Grand Genève comme «une géographie de l’esprit qu’il s’agira de réinvestir», sous l’œil, en autres acteurs de la région, d’une partie du Conseil d’État vaudois. Ces derniers étaient accompagnés pour l’occasion d’un huissier vêtu d’une cape vert et blanc.

Sur les grands axes que sont la mobilité et l’emploi, le discours de Pierre Maudet s’est inscrit dans la continuité de la précédente législature. La nécessité d’un réseau de trams enrichi et transfrontalier, a été réitérée. À ce propos, celui qui est arrivé en deuxième position lors de la course au Conseil fédéral l’automne passé a rappelé que la Confédération était encore à convaincre. «Une politique des transports forte donne un élan durable aux déplacements non polluants», a souligné le magistrat. Concernant le chômage, la préférence cantonale a été évoquée clairement, sans toutefois que le président du Conseil d’État ne s’appesantisse sur le sujet.

La législature précédente avait ét principalement marquée par le thème de l’école obligatoire. Pierre Maudet a, lui, mis l’accent sur les hautes écoles, «cet héritage qui nous fonde à penser une politique de recherche ambitieuse». L’expertise du CERN et du Campus Biotech a été mise en valeur. Enfin, l’élu a formulé le vœu de voir Genève «devenir un pôle mondial» de la technologie de demain. Le canton du bout du lac «doit être le lieu où se négocient» des enjeux tels que la gouvernance d’Internet et la protection des données. «Il en va de la sécurité de notre société, que nos forces de l’ordre assurent avec dévouement, dans nos rues comme sur les réseaux numériques.» Pierre Maudet a loué la notion de contrat social et affirmé que «la souveraineté du peuple» rendait «humble». La population sera d’ailleurs consultée sur ses visions pour le canton à l’horizon 2050.

Selon la nouvelle Constitution, le programme de législature concret doit être présenté et approuvé par le Grand Conseil dans les six mois. Le discours prononcé hier par Pierre Maudet est demeuré au stade des grands principes. Écrite à sept mains, cette allocution foncièrement centriste a donné des gages à tous les départements. Pas étonnant dès lors d’y trouver à la fois une référence à l’ouverture des frontières et une autre à la préférence cantonale.

Votre opinion