Publié

TélévisionPierre Ménès fait l'objet d'une plainte pour harcèlement

Un ancien collègue dépeint le consultant de Canal+ comme une personne raciste, homophobe et l’accuse d'abus sexuels envers une consœur.

Accusé, Pierre Ménès a contre-attaqué.

Accusé, Pierre Ménès a contre-attaqué.

AFP

Le journaliste français Emmanuel Trumer a décidé de porter plainte pour harcèlement contre Pierre Ménès. Il dépeint le consultant de Canal+ comme «une personne raciste, homophobe» et l’accuse d'abus sexuels envers une journaliste. Il a qualifié leur collaboration, longue d’un an, de «calvaire absolu».

Dans un post publié sur son compte Twitter, le 8 septembre, Emmanuel Trumer avait déjà dressé un portait peu flatteur du consultant de Canal+, qu'il a côtoyé pendant son passage à CNews. «Pierre Ménès est une personne raciste convaincue. Je l’ai subi au quotidien. Je ne découvre absolument rien aujourd’hui, et vous ne devriez pas non plus. Triste.»

Dans une autre publication, il est allé plus loin encore: «Des gens dont il a essayé d’abuser sexuellement travaillent encore grâce à lui, c’est délicat pour le moment. Mais je le sortirai, et ça existe tellement avec lui. C’est à gerber.»

Ces accusations ont évidemment fait réagir Pierre Ménès. «Il (Ménès) a essayé de porter plainte contre moi pour diffamation à la suite de mes tweets, une plainte évidemment tombée à l’eau avec les preuves fournies, et désormais, il va devoir se défendre d’une plainte contre lui au pénal pour harcèlement», explique Emmanuel Trumer dans une lettre ouverte postée sur son site le 24 décembre, reprise par de nombreux médias français.

«Tout a repris grâce à l’avocat de Pierre Ménès, Arash Derambarsh, qui m’a harcelé pour obtenir la suppression de mes tweets, requête à laquelle je n’ai évidemment pas donné suite», poursuit le journaliste.

«Mon année de contrat avec ce «journaliste» aura été un calvaire absolu, à tel point que j’ai tenu à mettre fin à toute collaboration avec lui et cela s’est alors transformé en cauchemar», confie encore Emmanuel Trumer. Il assure avoir dû «supporter un harcèlement constant, quotidien, violent», et «le racisme décomplexé de cet homme, en plus de son homophobie et de comportements très graves envers les femmes».

Ménès a annoncé en milieu de semaine qu'il avait lui aussi déposé une plainte contre Trumer. «J'ai porté plainte en diffamation, a-t-il écrit. J’ai tout fait pour ce mec, je l’ai fait embaucher à Canal à 3000 euros par mois, je l’ai emmené avec moi en déplacement, je le ramenais chez lui, et voilà comment il me remercie. Mais quand on te calomnie, tu dois te justifier (...) La justice tranchera. Je n’ai pas voulu l’attaquer avant, parce que c’est le fils de mon agent dans le cinéma. Par respect pour lui, je ne voulais pas aller au tribunal. Là, je n’ai plus le choix . Ça me fait beaucoup de mal.»

Entre les deux journalistes, la hache de guerre est loin d'être enterrée.

Sport-Center

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!