News piquantes: Pincé pour avoir étalé son amour pour Trump
Actualisé

News piquantesPincé pour avoir étalé son amour pour Trump

De l’amour en spray et de l’urgence qui peut attendre servis avec une truite louche, du champagne et du Cassis: c'est l'actu décalée du jour.

par
Le Matin
I love Trump, même quand il a du persil dans sa veste.

I love Trump, même quand il a du persil dans sa veste.

AFP/LeMatin

Peut-on afficher son admiration pour le président Donald Trump à New York? Apparemment pas. Des nombreuses plaintes ont en effet été déposées contre la multiplication depuis janvier de graffitis #loveTrump sur les murs et poutres des couloirs du métro de la Grande Pomme. La police n'est pas restée sourde à ces récriminations et a carrément construit une fausse paroi pour attirer l'amoureux fou de Trump. Et ça a marché: cet homme de 43 ans n'a pu résister et a commencé son inscription, sans se douter que les pandores se cachaient derrière ce panneau. Il a été interpellé. C'est quand même un comble: alors que bon nombre de New-Yorkais ne peuvent pas voir leur président en peinture, celui qui l'aime avec un spray se fait choper à cause d'un mur, objet pourtant cher au cœur du président. Mais Trump va certainement voler à son secours et lui payer son amende. Voire lui demander un autographe. Michel Pralong

----------

Dans «contraignant» il n’y a pas que traînant

«Notre maison brûle et nous regardons ailleurs», lançait Chirac en 2002, à propos de la surchauffe planétaire. Dix-sept ans, plus tard, le message est arrivé aux oreilles des députés vaudois. Qui ont déclaré mardi «l’urgence climatique», adoptée à une large majorité, explique «24 heures». On progresse: notre maison brûle et on la regarde cramer. Et on appelle les pompiers? Non, quand même pas: l’urgence est «non contraignante», est-il précisé. Prudence et modération: la contrainte, c’est vraiment horriblement radical. Du calme: profitons du spectacle du brasier et on refait le point dans dix-sept ans. Renaud Michiels

----------

Fais péter!

La Suisse est le 8e importateur de champagne au monde. Mais attention, ici on ne boit pas n'importe quel truc à bulles: l'Helvète se délecte surtout des cuvées de prestige, les plus chères. On n'est pas prêt à voir nos rues envahies par les gilets jaunes. (MP)

----------

Carpe Diem

Un journal ne choisit pas la publicité sur sa Une (c'est le client qui paie qui décide), mais parfois, celle-ci ne tombe pas très bien. La truite saumonée a beau être fraîche, de qualité et inspirée, la collision de l'image avec la cinquième femme élue au conseil d'État vaudois, Rebecca Ruiz, n'est guère élégante. On sait que l'élection s'est terminée en queue de poisson, mais quand même! (MP)

----------

Le choix dans la date

En parlant de Une, plusieurs personnes ont remarqué que sur la sienne, le prestigieux journal «Le Monde» avait fait une magnifique contrepèterie, que l'on imagine involontaire: «L'UE cherche la parade face à l'offensive de la Chine». Si vous ne trouvez pas la solution de cette charade, donnez votre langue à la chatte. (MP)

----------

Le frelon fait long

«Le frelon asiatique est aux portes de la Suisse», annonce l’ATS suite à une alerte du canton du Jura. Un air de déjà-vu? Normal: «Le frelon asiatique est aux portes de la Suisse», titrait par exemple la RTS le 10 avril 2018. Si on fouille un peu dans les archives de la presse à propos de l’envahisseur, on découvre qu’un député UDC vaudois avait expliqué à «24 heures» que «le danger est à nos portes» en… 2010. Et chaque fois on nous parle d’une grave menace. Mais doit-on vraiment s’inquiéter? Car ce frelon est quand même complètement débile: ça fait près de dix ans qu’il est devant nos portes et il n’a toujours pas trouvé la poignée. (RM)

----------

Commis d'office

Comment justifier que la Suisse n'ait pas signé avec 36 autres pays la déclaration demandant à l'Arabie saoudite de faire toute la lumière sur l'assassinat du journaliste Khashoggi? Ignazio Cassis a, avec beaucoup de circonvolutions, invoqué le rôle de bons offices que joue notre pays, véritable «constructeur de ponts». En clair:

(MP)

Votre opinion