05.09.2020 à 14:23

TennisPironkova et les supermamans s’éclatent à New York

Après trois ans sans match, la maman non-classée Tsvetana Pironkova a estourbi Muguruza. Avec Serena et Azarenka, elles forment le gang des supermamans.

von
Mathieu Aeschmann
Après trois ans sans match et un premier enfant, Tsvetana Pironkova brille à New York où elle a dominé Garbiñe Muguruza.

Après trois ans sans match et un premier enfant, Tsvetana Pironkova brille à New York où elle a dominé Garbiñe Muguruza.

Keystone et Instagram @tpironkova

Garbiñe Muguruza en a décapité sa raquette de dépit. Finaliste à Melbourne, l’Espagnole ne s’attendait certainement pas à tomber dans un piège aussi inattendu. Jugez plutôt, la double championne de Grand Chelem a pris la porte jeudi contre une maman trentenaire, non-classée et qui n’avait pas joué le moindre match de tennis professionnel depuis… 38 mois!

Tsvetana Pironkova n’avait d’ailleurs pas vraiment prévu de retrouver un jour les plus grands courts du monde. Début 2018, elle avait donné naissance à son fils Alexander puis fondé une marque de vêtements de sport (Pironetic). Comblée par sa demi-finale surprise à Wimbledon en 2010, la Bulgare semblait prête à profiter de sa retraite… Enfin presque.

«J’étais très fatiguée après quinze saisons sur le circuit. Et puis j’avais dû gérer des longues blessures donc je n’avais vraiment pas prévu de revenir, confie la belle surprise de cet US Open. En fait, je voulais juste prendre mon temps et profiter à fond de cette expérience d’être enceinte puis maman. Je voulais vivre ma maternité à fond.» Le genre d’approche habituellement peu compatible avec le sport de très haut niveau. Sauf que, sous l’impulsion de la grossesse ultra-médiatique de Serena Williams, la WTA a dernièrement facilité les conditions de retour au jeu des jeunes mamans.

«Le changement de règle est clairement l’une des raisons principales qui m’a poussée à revenir. Pouvoir profiter de mon classement d’il y a trois ans pour entrer dans 12 tournois, dont deux Majeurs, j’y ai vu une opportunité unique. La compétition a commencé à me manquer et je ne voulais juste pas rater ma chance.» Non seulement, Tsvetana Pironkova a saisi sa chance mais elle est en train de la transformer en un coup de poker gagnant. «La pause du coronavirus m’a sans doute aidée. Je devais reprendre en mars et j’ai finalement pu m’entraîner plus longtemps. En plus, les conditions spéciales ici font que c’est un peu la reprise pour tout le monde.»

Devenir mère ne t’enlève pas d’un coup de baguette magique tes talents de joueuses

Tsvetana Pironkova, demi-finaliste de Wimbledon en 2010

La Bulgare est modeste tant elle a impressionné contre Samsonova puis Muguruza. Or un coup d’œil à sa première carrière vient rappeler que Pironkova a toujours été capable de «grands coups», à Wimbledon en 2010 donc (victoire contre Venus Williams) mais aussi lors de son seul titre conquis à Sydney après s’être extrait des qualifications. Peut-elle en faire de même à Flushing avec le soutien du petit Alexander devant sa télévision? La vitesse des courts est un atout mais elle aura fort à faire samedi contre Donna Vekic.

Reste ce constat: l’US Open 2020 pourrait bien consacrer une maman, onze ans après le titre légendaire de Kim Clijsters. Hormis Serena Williams, éternelle favorite malgré les démons qui s’emparent d’elle en fin de Majeur depuis la naissance d’Olympia, Vika Azarenka avance en effet de plus en plus en épouvantail. La Biélorusse est en pleine forme et son «premier titre fêté avec [son] fils» la semaine dernière à Cincinnati, semble la porter comme jamais.

Alors Pironkova, Azarenka, Williams, une supermaman soulèvera-t-elle le trophée samedi prochain à New York? Ce serait une belle histoire et un signal fort envoyé à toutes celles qui pensent qu’il faut choisir entre la maternité et la gloire. «Devenir mère ne t’enlève pas d’un coup de baguette magique tes talents de joueuses», souriait mardi Tsvetana Pironkova. Et comment!

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
3 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Etasseur

05.09.2020 à 17:22

Des super mamans aux super pouvoirs, de quoi tenir en éveil le multiple

bof

05.09.2020 à 14:36

c'est dramatique à dire mais tout le monde s'en fout de cet US Open. Il ferait mieux de tout arrêter