Publié

ProcèsPistorius engage des experts de médecine légale

Le champion paralympique sud-africain a demandé le concours d'experts américains de médecine légale pour l'aider à préparer sa défense lors de son procès pour le meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp.

1 / 137
En appel, Oscar Pistorius est condamné à 13 ans et 5 mois de prison contre six ans en première instance. La peine est doublée. (Vendredi 24 novembre 2017)

En appel, Oscar Pistorius est condamné à 13 ans et 5 mois de prison contre six ans en première instance. La peine est doublée. (Vendredi 24 novembre 2017)

AFP
Le parquet sud-africain va réclamer vendredi une peine plus lourde pour l'athlète paralympique Oscar Pistorius. Il juge «scandaleusement clémente» sa condamnation à six ans de prison pour le meurtre de sa compagne. (Mercredi 1 novembre 2017)

Le parquet sud-africain va réclamer vendredi une peine plus lourde pour l'athlète paralympique Oscar Pistorius. Il juge «scandaleusement clémente» sa condamnation à six ans de prison pour le meurtre de sa compagne. (Mercredi 1 novembre 2017)

Keystone
La famille d'Oscar Pistorius va porter plainte contre les auteurs du film «Oscar Pistorius: Blade Runner Killer», consacré au meurtre de sa petite-amie et du procès qui a suivi. A ses yeux, le long-métrage «déforme la vérité». (Mardi 3 octobre 2017)

La famille d'Oscar Pistorius va porter plainte contre les auteurs du film «Oscar Pistorius: Blade Runner Killer», consacré au meurtre de sa petite-amie et du procès qui a suivi. A ses yeux, le long-métrage «déforme la vérité». (Mardi 3 octobre 2017)

AFP

Le procès d'Oscar Pistorius s'ouvrira en mars 2014.

«C'est une pratique normale de travailler avec des experts pour préparer un procès», a déclaré la porte-parole d'Oscar Pistorius Annelise Burgess, qui a confirmé à l'AFP que les experts étaient déjà arrivés en Afrique du Sud.

Selon le journal du soir de la chaîne d'information continue eNCA, les experts américains ont effectué une reconstitution de la scène du meurtre aux premières heures de ce mardi et vérifié, chacun dans son domaine d'expertise, comment les preuves pouvaient corroborer la version des faits présentée à la justice par Oscar Pistorius.

Porte des WC

Ils ont bénéficié de la coopération de la police sud-africaine qui a prêté pour les besoins de cette reconstitution la fameuse porte des WC sur laquelle l'athlète a tiré le 14 février en pensant, dit-il, qu'un cambrioleur se cachait dans les toilettes.

Des informations que l'un des avocats Kenny Oldwage s'est refusé à commenter auprès de l'AFP, tandis que Mme Burgess n'était pas immédiatement joignable.

Pistorius doit répondre à partir du 3 mars du meurtre de Reeva Steenkamp, abattue de plusieurs coups de 9mm dans la nuit de la Saint-Valentin 2013 à Pretoria.

Le parquet le poursuit pour meurtre avec préméditation.

Le champion, en liberté sous caution, n'a jamais nié le meurtre, mais affirme avoir tué son amie par méprise. En l'absence de témoins, les constatations de la police scientifique joueront probablement un rôle clé pour l'établissement de la vérité au procès. Dès ses premières comparutions après le meurtre, Pistorius s'est entouré de ténors du barreau, qui ont déjà réussi à tailler en pièce la première enquête de police, en mettant en lumière failles et négligences, obtenu sa libération sous caution puis fait assouplir ce régime.

(AFP)

Votre opinion