11.07.2019 à 11:05

CyclismePlace à la «Super Planche-des-Belles-Filles»

Vous avez aimé la Planche-des-Belles-Filles, vous allez adorer la «Super Planche-des-Belles-Filles», au programme de la 6e étape du Tour de France jeudi.

par
Sport-Center/rca
Chris Froome volait déjà en 2012.

Chris Froome volait déjà en 2012.

AFP

Elle n’est apparue au programme du Tour de France qu’en 2012, mais elle a directement marqué l’histoire. Cette année-là, l’équipe Sky avait décidé que Bradley Wiggins devait gagner le Tour de France. Le seul problème, c’est qu’un nouveau venu du nom de Chris Froome était plus fort que son compatriote et néanmoins coéquipier. Et à la Planche-des-Belles-Filles, ça s’était vu.

Après ce coup d’essai transformé en coup de maître, les organisateurs du Tour de France y sont revenus tous les deux ans ou presque. En 2014, Nibali y a construit une partie de son succès final. Trois ans plus tard, un autre Italien, Fabio Aru, l’a domptée. A chaque fois le spectacle a été au rendez-vous. Mais les coureurs n’avaient encore rien vu…

Parce que lors de ces trois montées, le peloton s’est arrêté de souffrir à la Planche-des-Belles-Filles. Mais Christian Prudhomme, le boss de la Grande Boucle, a sorti cette année de son chapeau la «Super Planche-des-Belles-Filles»! Aux difficultés de l’époque, a été ajouté un kilomètre terrible, sur des tronçons entre chemin de terre et gravillons, avec une pente maximale à… 24% juste avant l’arrivée.

Le parcours, qui débute à Mulhouse, enchaîne six montées dans les Vosges, par le Markstein, le Grand Ballon, le Hundsruck et le vénérable Ballon d'Alsace, le premier col escaladé dans l'histoire du Tour (en 1905). Il faudra encore se coltiner le petit col des Chevrères, avant d'attaquer le plat de résistance. Joli menu!

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!