Justice - Plainte de la fondatrice des Pussycat Dolls: Nicole Scherzinger riposte
Publié

JusticePlainte de la fondatrice des Pussycat Dolls: Nicole Scherzinger riposte

Robin Antin affirme que la chanteuse bloque la reformation du groupe en demandant une part trop importante des bénéfices de la prochaine tournée. L’avocat de la star donne une autre version.

The Pussycat Dolls (de g. à dr.: Carmit Bachar, Nicole Scherzinger, Ashley Roberts, Kimberly Wyatt et Jessica Sutta) aux studios de la BBC à Londres en 2020.

The Pussycat Dolls (de g. à dr.: Carmit Bachar, Nicole Scherzinger, Ashley Roberts, Kimberly Wyatt et Jessica Sutta) aux studios de la BBC à Londres en 2020.

GC Images

Nicole Scherzinger a répondu à la fondatrice des Pussycat Dolls, Robin Antin, qui affirme qu’elle bloque une tournée de reformation du groupe. Dans une plainte déposée à Los Angeles vendredi 3 septembre, la chorégraphe affirme que la star demande une part plus importante de la nouvelle entreprise commerciale du groupe, Pussycat Dolls Worldwide, et refuse de se produire à moins que ses demandes ne soient satisfaites.

L’avocat de la chanteuse, Howard King, a répondu à la plainte dans une déclaration publiée par «People», qualifiant les affirmations de Robin Antin de «ridicules et fausses». Il assure qu’elles «constituent une tentative désespérée de détourner la responsabilité de ses propres échecs en essayant d’imposer à Nicole des obligations qui n’ont tout simplement pas lieu d’être. »

Robin Antin a allégué que Nicole Scherzinger exigeait de recevoir 75% des parts de PCD Worldwide alors que, dans l’accord initial, la chanteuse de «Don’t Cha» devait recevoir 49% des parts de contrôle contre 51% pour sa fondatrice. Elle a également affirmé que la star de 43 ans souhaitait avoir «un contrôle créatif complet» et «une autorité décisionnelle finale» dans ses futures entreprises.

Tournée retardée

En novembre 2019, dix ans après la séparation du groupe, cinq des six membres des Pussycat Dolls ont annoncé leur reformation. Nicole Scherzinger devait être rejointe par Ashley Roberts, Carmit Bachar, Kimberly Wyatt et Jessica Sutta. La sixième membre du groupe Melody Thornton avait refusé de participer, s’étant déjà brouillée avec ses comparses après avoir affirmé que sa voix était sous-utilisée.

La plainte comprend un protocole d’accords rédigé et signé avant l’annonce de la tournée, montrant qu’Ashley Roberts, Kimberly Wyatt et Jessica Sutta recevraient chacune 12,5% des bénéfices nets de la tournée, Robin Antin, qui est décrite comme la «présidente-directrice générale, administratrice et propriétaire unique de PCD» recevrait également 12,5%. Et Carmit Bachar, qui a quitté le groupe en 2008 avant la sortie de leur deuxième album, 5% des recettes. Selon ce protocole d’accord, Nicole Scherzinger s’apprêtait à remporter une part colossale de 32,5% des bénéfices.

Les documents montrent également que la société de tournée Live Nation a déjà investi 600 000 dollars pour cette reformation, une somme qui devra être restituée si les concerts n’ont pas lieu. Howard King a déclaré à «People» que Nicole Scherzinger n’était pas responsable de cet argent. La tournée devait avoir lieu l’année dernière mais a été retardée en raison de la pandémie de Covid-19.

(Cover Media / Lematin.ch)

Votre opinion