11.03.2019 à 15:21

Plaintes pour publicités sexistes à nouveau en tête

Suisse

La Commission suisse pour la loyauté (CSL) a indiqué avoir reçu 63 plaintes l'année passée, donc plus d'un tiers pour sexisme.

Avec 40%, Internet est le canal média qui a donné lieu à la plupart des plaintes.

Avec 40%, Internet est le canal média qui a donné lieu à la plupart des plaintes.

Keystone

Les publicités sexistes sont à nouveau celles qui ont suscité le plus de plaintes auprès de la Commission suisse pour la loyauté (CSL) l'an dernier. Le sexisme était le motif des plaintes dans 37% des cas.

En 2018, la CSL a reçu 63 plaintes, contre 82 en 2017, a-t-elle annoncé lundi. Les raisons de ce recul ne sont pas évidentes. Certains thèmes dominants ont fait défaut, comme les infractions à l'autocollant «Stop à la publicité», le marketing téléphonique agressif ou la publicité pour le tabac, qui avaient déclenché de nombreuses plaintes les années précédentes.

Les intéressés sont également nettement moins disposés qu'auparavant à remplir et à envoyer un formulaire de plainte, observe la CSL.

Avec 40%, Internet est le canal média qui a donné lieu à la plupart des plaintes. La plupart étaient en lien avec la publicité dans le domaine «Loisirs, tourisme, hôtels restaurants» (13%), suivies de près par le secteur «Produits alimentaires boissons» (12%) ainsi que par les domaines «Maison, jardin» et «Services, administration» qui totalisaient chacun 10% des cas.

Près d'une plainte sur dix était une plainte d'une entreprise contre l'un de ses concurrents. Dans ce contexte, les trois Chambres de la CSL ont approuvé la plainte dans 40%.

La CSL est, depuis 1966, l'organe d'auto-contrôle de la branche de la publicité. Elle est présidée depuis 2012 par la conseillère nationale fribourgeoise Christine Bulliard-Marbach.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!