Actualisé 22.12.2015 à 14:13

FIFAgatePlatini: «C'est le vrai match qui commence»

Le Français veut tenter de lever sa suspension de 8 ans de toute activité liée au football qui lui a été administrée par la FIFA.

1 / 150
L'ex-président de l'UEFA a décidé de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme, après sa condamnation à quatre ans de suspension pour avoir reçu deux millions de francs de Sepp Blatter, à l'époque président de la Fifa. (Mercredi 24 janvier 2018)

L'ex-président de l'UEFA a décidé de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme, après sa condamnation à quatre ans de suspension pour avoir reçu deux millions de francs de Sepp Blatter, à l'époque président de la Fifa. (Mercredi 24 janvier 2018)

Keystone
«J'ai toujours fait mon job de la meilleure manière possible», a déclaré Jérôme Valcke devant les juges du Tribunal arbitral du sport de Lausanne. (Mercredi 11 octobre 2017)

«J'ai toujours fait mon job de la meilleure manière possible», a déclaré Jérôme Valcke devant les juges du Tribunal arbitral du sport de Lausanne. (Mercredi 11 octobre 2017)

AFP
Jérome Valcke, ancien secrétaire général de la FIFA,se rendra  mercredi à Lausanne pour contester devant le Tribunal arbitral du sport sa suspension de dix ans.  (Mardi 10 octobre 2017)

Jérome Valcke, ancien secrétaire général de la FIFA,se rendra mercredi à Lausanne pour contester devant le Tribunal arbitral du sport sa suspension de dix ans. (Mardi 10 octobre 2017)

AFP

«C'est le vrai match qui commence», estime Michel Platini qui veut saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour tenter de lever sa suspension de 8 ans de toute activité liée au football, joint au téléphone par l'AFP mardi.

«Je me bats contre cette injustice, de tribunaux en tribunaux, poursuit-il. Mais, bon, voilà, pendant ce temps, mon nom est jeté en pâture dans la presse. Quoi qu'il advienne, mon image aura été écornée, j'en aurai pris plein la gueule. On m'a mis dans le même sac que Blatter».

Deux suspensions de 8 ans

La justice interne de la Fifa l'a sanctionné lundi pour avoir reçu un paiement controversé de 1,8 million d'euros de la part de Joseph Blatter, président de la FIFA également suspendu 8 ans lundi.

Cette sanction réduit presque à néant les chances de Platini de se présenter à l'élection présidentielle de la FIFA le 26 février pour succéder à Blatter.

Ce paiement effectué en 2011 pour un travail de conseiller achevé en 2002 s'est fait sur la base d'un contrat oral, selon Platini, ce type d'engagement étant accepté en Suisse. La justice interne de la FIFA a considéré qu'il y avait «abus de position» et «conflit d'intérêt».

Un calendrier sensible

«Les gens de la commission d'éthique sont davantage impliqués dans une question de calendrier - pour m'empêcher de me présenter à temps pour l'élection à la présidence de la FIFA - et dans la médisance que dans l'éthique. Ils ne sont pas éthiques, ils sont pathétiques», attaque l'ancien capitaine de l'équipe de France auprès de l'AFP.

La chambre d'instruction de la FIFA avait requis la radiation à vie du football contre le Français, mais la charge de corruption n'a pas été retenue finalement contre lui, ni contre Blatter.

«Encore heureux! La corruption est inexistante dans cette affaire. Je pars de toute façon du principe que la vérité sortira, que mon innocence sera reconnue», assure le triple Ballon d'Or.

Blatter a également annoncé qu'il ferait lui aussi appel devant la chambre des recours de la FIFA, devant le TAS et également les tribunaux civils suisses.

Platini espère aller directement devant le TAS -ce qui nécessite l'accord de la FIFA- pour pouvoir se présenter à l'élection à la présidence de la FIFA le 26 février.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!