04.07.2017 à 11:12

Crise migratoirePlus de 100'000 migrants en Europe depuis janvier

Le nombre d'arrivées par la mer Méditerranée en 2017 est jusqu'ici deux fois moins élevé qu'à la même période l'an passé, mais la plupart d'entre elles se concentrent sur l'Italie.

1 / 73
En Grèce, des habitants des îles égéennes ont manifesté contre des camps de migrants. (Mercredi 22 janvier 2020)

En Grèce, des habitants des îles égéennes ont manifesté contre des camps de migrants. (Mercredi 22 janvier 2020)

Keystone
Les forces de l'ordre ont procédé à l'évacuation de campements installés dans la zone industrielle des dunes, à Calais, en France. Plusieurs centaines de migrants s'y trouvaient. (Mardi 3 décembre 2019)

Les forces de l'ordre ont procédé à l'évacuation de campements installés dans la zone industrielle des dunes, à Calais, en France. Plusieurs centaines de migrants s'y trouvaient. (Mardi 3 décembre 2019)

AFP
L'équipage de l'Ocean Viking, le navire de secours en mer de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, a recueilli 176 migrants naufragés au cours du week-end. (Lundi 14 octobre 2019)

L'équipage de l'Ocean Viking, le navire de secours en mer de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, a recueilli 176 migrants naufragés au cours du week-end. (Lundi 14 octobre 2019)

AFP

La barre de 100'000 migrants arrivés par la mer en Europe depuis début janvier a été atteinte. Après le Haut Commissaire pour les réfugiés Filippo Grandi, le chef de l'OIM appelle les Etats membres de l'UE à davantage de solidarité avec l'Italie.

Près de 120'000 personnes sont arrivées de début janvier à lundi, a précisé mardi à Genève l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Ce nombre est plus de deux fois inférieur à celui de 2016 à la même période mais près de 85% des migrants ont rejoint l'Italie, en augmentation d'environ 20%.

Avant la réunion informelle des ministres européens de l'Intérieur et de la justice cette semaine, le directeur général de l'OIM William Lacy Swing appelle les membres de l'UE à aider les pays du sud de l'Europe à accueillir et assister les migrants sauvés en mer. Cette question «ne peut être vue comme un problème seulement pour l'Italie mais une affaire pour l'Europe entière», estime-t-il aussi.

Seul un peu plus de 7300 migrants ont été relocalisés d'Italie vers d'autres Etats membres de l'UE. L'OIM salue les efforts d'ONG qui ont contribué à environ 40% des sauvetages en 2016. Elle appelle à leur garantir un accès sans entrave pour leur dispositif. Plus de 3000 migrants au total sont décédés depuis début janvier dans le monde. Parmi eux, plus de 2200 au moins ont tenté de se rendre en Europe.

Pour «une vision africaine commune» de la migration

Lundi, en ouverture du sommet de l'Union africaine (UA), à Addis Abeba, le roi du Maroc Mohammed VI a évoqué la crise migratoire. Il a plaidé pour une «vision africaine commune» à propos de la migration et fera des propositions en ce sens aux pays africains.

«Des milliers de jeunes Africains tentent clandestinement de gagner la rive nord de la Méditerranée, à la recherche d'une vie meilleure, avec tous les risques que l'on connaît», a déclaré Mohammed VI. «Le destin de nos jeunes est-il au fond des eaux de la Méditerranée? Leur mobilité doit-elle devenir une hémorragie? Il nous appartient au contraire de la gérer pour en faire un atout», a plaidé le souverain. Ce discours était lu par son frère Moulay Rachid et représentant au sommet de l'UA.

«J'ai l'intention de soumettre (à l'UA) une contribution axée sur la nécessité de développer une vision africaine commune sur la migration, ses enjeux et ses défis», a annoncé Mohammed VI. Il a appelé les pays du continent à «travailler conjointement à l'élaboration d'un agenda africain sur cette thématique».

«Nouvelle Afrique»

Le Maroc, qui a réintégré début 2017 l'UA, se pose en exemple dans la gestion des migrants, depuis qu'il a adopté en 2013 une nouvelle politique migratoire et mené deux campagnes de régularisation de clandestins, pour la plupart subsahariens.

Dans son discours, le roi, qui n'a pas fait le déplacement au sommet d'Addis Abeba, a également réclamé une «politique volontariste» en faveur de la jeunesse africaine, «avenir» du continent. Il a par ailleurs appelé à une «nouvelle Afrique» qui «s'appuie sur une vision concrète et pragmatique».

«Il est nécessaire que l'UA entame sa mue», a-t-il plaidé, saluant au passage le «leadership» du président rwandais Paul Kagamé, en charge de la réforme des institutions de l'UA, de même que le président guinéen Alpha Condé, actuel président en exercice de l'organisation panafricaine et qui lui «donne une grande visibilité».

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!