Cisjordanie - Plus de 1000 roquettes tirées de Gaza vers Israël
Publié

CisjordaniePlus de 1000 roquettes tirées de Gaza vers Israël

Depuis lundi soir, le conflit entre Gaza et Israël a connu un regain important de violences. Au moins 55 personnes ont perdu la vie.

Plus de 1.000 roquettes tirées vers Israël, des frappes continues sur la bande de Gaza et au moins 55 morts: l’affrontement armé entre le Hamas et l’Etat hébreu ne donne mercredi aucun signe d’apaisement et fait craindre une «guerre à grande échelle».

Dans un point de presse en ligne, le porte-parole de l’armée Jonathan Conricus a indiqué que «plus de 1000 roquettes» avaient été tirées de Gaza depuis lundi soir, dont 850 ont été interceptées par le bouclier antimissile ou s’étaient abattues sur Israël, et 200 qui étaient tombées du côté de l’enclave palestinienne.

En Israël, ce sont cinq personnes qui ont été tuées au total dans les tirs de roquettes et des dizaines d’autres ont été blessées, selon la police et les services de secours.

Au moins 35 morts

D’après le dernier bilan du ministère de la Santé à Gaza, les frappes aériennes israéliennes sur l’enclave, menées en riposte aux tirs de roquettes depuis lundi, ont fait au moins 55 morts, dont quatorze enfants.

Des commandants du Hamas et du Djihad islamique, deuxième groupe armé palestinien de l’enclave, ont notamment péri dans ces frappes, selon ces mouvements. L’armée israélienne a par ailleurs indiqué mercredi avoir intercepté un drone en provenance de la bande de Gaza.

Cette flambée de violences a été déclenchée à la suite de heurts à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la Ville sainte, illégalement occupé et annexé par Israël, selon le droit international.

Cette flambée de violences a été déclenchée à la suite de heurts à Jérusalem-Est.

Cette flambée de violences a été déclenchée à la suite de heurts à Jérusalem-Est.

Reuters

«On a besoin de l’engagement américain»

Il faut que les États-Unis s’impliquent pour faire cesser la nouvelle flambée de violences entre Israéliens et Palestiniens, a estimé mercredi le secrétaire d’État français aux Affaires européennes. «On a besoin de l’engagement américain. Il est clair que ce sont eux qui ont aujourd’hui encore les principaux leviers diplomatiques, même si l’Europe doit être davantage présente», a déclaré Clément Beaune sur la chaîne France 2.

«On a une escalade qui est dramatique et il faut effectivement que Joe Biden, que l’administration américaine, avec nous, soient impliqués», a-t-il ajouté. «Il faut qu’on s’implique Européens et Américains, avec Israël et l’Autorité Palestinienne, pour essayer de trouver une solution dans les prochains jours», a-t-il insisté.

L’escalade de la violence place Joe Biden face à une équation complexe -- diplomatiquement, ses cartes étant limitées, mais aussi politiquement, l’aile gauche de son parti le poussant à prendre plus franchement ses distances avec Israël après le soutien acharné manifesté par Donald Trump.

Possibles crimes de guerre

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) s’est dite mercredi inquiète par l’escalade des violences entre Israéliens et Palestiniens, notant la commission de possibles crimes de guerre.

«Je note avec une vive inquiétude l’escalade de la violence en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, ainsi qu’à l’intérieur et autour de Gaza, et la possible commission de crimes dans le cadre du Statut de Rome», texte fondateur de la juridiction, a déclaré sur Twitter Fatou Bensouda.

1 / 28
Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a dénoncé une «décision honteuse», après l'annonce du Conseil des droits de l’homme de l’ONU de lancer une enquête internationale sur les atteintes aux droits humains commises dans les territoires palestiniens occupés et en Israël depuis avril. (Jeudi 27 mai 2021)

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a dénoncé une «décision honteuse», après l'annonce du Conseil des droits de l’homme de l’ONU de lancer une enquête internationale sur les atteintes aux droits humains commises dans les territoires palestiniens occupés et en Israël depuis avril. (Jeudi 27 mai 2021)

Reuters
Au centre, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken arrive en Israël pour tenter de consolider la trêve entre Israéliens et Palestiniens. (Mardi 25 mai 2021)

Au centre, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken arrive en Israël pour tenter de consolider la trêve entre Israéliens et Palestiniens. (Mardi 25 mai 2021)

AFP
Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé samedi à un respect «complet» du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, dans sa première déclaration depuis le début du conflit le 10 mai. (Dimanche 23 mai 2021)

Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé samedi à un respect «complet» du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, dans sa première déclaration depuis le début du conflit le 10 mai. (Dimanche 23 mai 2021)

AFP

Boris Johnson appelle à une «désescalade urgente»

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a appelé mercredi Israël et les Palestiniens à la «retenue», regrettant les violences et les victimes. «J’exhorte Israël et les Palestiniens à reculer du bord du gouffre et les deux parties à faire preuve de retenue. Le Royaume-Uni est très préoccupé par les violences croissantes et les victimes civiles et nous souhaitons une désescalade urgente des tensions», a tweeté le chef du gouvernement britannique.

(AFP)

Votre opinion