Manifestation à Zurich: Plus de 15’000 maçons exigent de meilleures conditions de travail

Publié

Manifestation à ZurichPlus de 15’000 maçons exigent de meilleures conditions de travail

Lors d’une manifestation à Zurich ce samedi, les ouvriers du bâtiment ont revendiqué une meilleure protection de la santé et ont rejeté les horaires de travail dictés par les patrons.

1 / 2
20Min/Matthias Spicher
20Min/Michelle Ineichen

Ce samedi, plus de 15’000 maçons venus de toute la Suisse se sont réunis à Zurich dans une importante manifestation dont l’objectif était «clairement de faire comprendre aux entrepreneurs qu’ils exigent une amélioration de leurs conditions de travail».

Alors que la Convention nationale (CN) de la construction, qui fixe les conditions de travail de près de 80’000 travailleurs de la construction, arrive à échéance fin 2022, «les maçons se battent pour une nouvelle convention de qualité. Ils revendiquent une meilleure protection de leur santé, des horaires de travail corrects, la fin du vol d’heures sur le temps de déplacement ou en cas d’intempéries et que les travailleurs âgés soient mieux protégés contre le licenciement», explique le syndicat Unia dans un communiqué de presse.

À l’inverse, la Société suisse des entrepreneurs (SSE) veut abolir le calendrier des horaires de travail qui permet de planifier le temps de travail. Selon ce modèle, seules les limites légales devraient encore s’appliquer. «Cela signifierait que les maçons pourraient être contraints de travailler dix heures par jour en pleine canicule. Et quand le chef décide seul du plan du travail, quand plus aucun maçon ne sait quand il rentrera chez lui le soir, la famille et la vie sociale en font les frais», a dénoncé Nico Lutz, responsable du secteur de la construction du syndicat Unia, lors du rassemblement à Zurich.

Pour lui, il s’agit de dérives qui auront des effets ravageurs: le travail sur les chantiers perdra de son attrait et la pénurie de main-d’œuvre qualifiée ne ferait que s’aggraver, poursuit le communiqué.

«Un marché de dupes»

Les ouvriers du bâtiment déplorent aussi que les entrepreneurs aient refusé toute augmentation générale des salaires ces deux dernières années. «Avec la hausse de l’inflation, la revalorisation des salaires devient encore plus urgente», affirme l’Unia.

«Les entrepreneurs cherchent à nous proposer un marché de dupes: plus d’argent contre une déréglementation des horaires de travail. C’est indécent. La santé des maçons n’est pas à vendre!» a scandé à Zurich Johann Tscherrig, responsable de la branche du syndicat Syna. Nous attendons des entrepreneurs qu’ils entrent enfin en matière sur ces sujets lors des négociations afin que nous puissions évoquer des solutions concrètes», a réclamé Nico Lutz à Zurich.

(comm/aze)

Ton opinion

1 commentaire