Angleterre: Plus de 20’000 traversées illégales de la Manche vers l’Angleterre cette année

Publié

AngleterrePlus de 20’000 traversées illégales de la Manche vers l’Angleterre cette année

Le total pourrait atteindre cette année le record de 60’000 traversées illégales, malgré les plans successifs du gouvernement britannique pour tenter d’y mettre fin.

Des migrants portant des gilets de sauvetage sont assis dans un canot pneumatique alors qu'ils traversent illégalement la Manche de la France vers la Grande-Bretagne, le 15 mars 2022.

Des migrants portant des gilets de sauvetage sont assis dans un canot pneumatique alors qu'ils traversent illégalement la Manche de la France vers la Grande-Bretagne, le 15 mars 2022.

AFP

Le nombre de migrants traversant illégalement la Manche vers l’Angleterre depuis le début de l’année a dépassé 20’000, s’orientant vers un nouveau record malgré les plans successifs du gouvernement britannique pour tenter d’y mettre fin, selon des chiffres publiés dimanche.

28’500 personnes en 2021

Selon le ministère de la Défense, 607 personnes ont effectué samedi sur de petites embarcations la dangereuse traversée de ce passage au trafic maritime très élevé, l’un des chiffres les plus élevés cette année. Selon le décompte de l’agence PA, le total depuis le début de l’année est désormais de 20’017 contre seulement contre 11’300 à la même date l’an dernier

Sur l’ensemble de 2021, 28’500 personnes sont ainsi arrivées au Royaume-Uni, marquant un nouveau record depuis l’envolée de ces traversées en 2018 face au verrouillage croissant du port français de Calais et du tunnel sous la Manche.

Jusqu’à 60’000 pour 2022

Un récent rapport parlementaire britannique estimait que le total pourrait atteindre cette année 60’000 malgré les promesses répétées du gouvernement conservateur britannique, qui a fait du sujet une priorité depuis le Brexit, verse des millions à la France puis l’aider à renforcer la surveillance des côtes et multiplie les mesures pour durcir l’accueil des migrants.

Londres a conclu un accord très controversé avec le Rwanda pour envoyer dans ce pays d’Afrique de l’Est les demandeurs d’asile arrivés illégalement sur le sol britannique. Bien qu’aucune de ces expulsions n’ait encore eu lieu – un premier vol prévu en juin a été annulé après une décision de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) -, les candidats à la succession de Boris Johnson, Rishi Sunak et Liz Truss, ont tous deux promis de poursuivre cette politique.

Autre revers dans la politique migratoire britannique, le gouvernement vient de renoncer à son projet de convertir une ancienne base de l’armée de l’air du nord de l’Angleterre en centre pour demandeurs d’asile, comme cela se fait en Grèce.

(AFP)

Ton opinion

6 commentaires