19.09.2015 à 17:19

MéditerranéePlus de 2200 migrants secourus au large de la Libye

Plusieurs opérations de sauvetage se sont déroulées dans les eaux internationales ce samedi.

Les passeurs profitent de la situation en Libye pour faire traverser la méditerranée depuis ses côtes.

Les passeurs profitent de la situation en Libye pour faire traverser la méditerranée depuis ses côtes.

Archives, AFP

Un total de 2281 migrants tentant la traversée vers l'Europe depuis les côtes libyennes ont été secourus samedi au cours de huit opérations distinctes, ont annoncé les garde-côtes italiens. Ils ont ajouté qu'une dizaine d'autres opérations de sauvetage sont encore en cours.

Les huit opérations ont eu lieu à moins de 40 milles nautiques, soit 75 kilomètres, de la Libye. Par exemple, un bateau de Médecins sans frontières (MSF) a secouru plus de 750 personnes qui se trouvaient à bord de trois petites embarcations.

Les vidéos envoyées par MSF, montrent des centaines de personnes habillées de couleurs vives à bord du bateau de l'association, certains s'embrassant, d'autres applaudissant. «Il y a de nombreuses nationalités. Heureusement, tout le monde est en bonne santé», indique le porte-parole de MSF, Sami al-Soubaihi, qui se trouve également sur l'embarcation.

Le navire de garde-côtes Dattilo a quant à lui récupéré 1137 personnes de deux bateaux, tandis que le Corsi secourait 137 personnes d'un canot pneumatique en train de se dégonfler. Par ailleurs, 231 personnes ont été sauvées alors que leurs deux canots pneumatiques étaient en difficulté.

La Libye comme plaque tournante

La Libye, avec ses 1770 kilomètres de côtes, est devenue une plaque tournante de l'immigration clandestine vers l'Europe. Les passeurs profitent du chaos régnant dans le pays miné par les violences et divisé entre deux gouvernements rivaux, avec notamment l'absence de contrôle aux frontières.

L'île italienne de Lampedusa n'est située qu'à quelque 300 kilomètres des côtes de la Libye.

Longue attente en Turquie

En Turquie, plus de 2000 migrants, pour l'essentiel des réfugiés syriens, continuaient d'attendre samedi dans et autour de la ville turque d'Edirne (nord-ouest) dans l'espoir d'entrer en Europe par la frontière grecque qui leur est barrée, selon un photographe de l'AFP.

Le Premier ministre islamo-conservateur turc Ahmet Davutoglu devait rencontrer dans l'après-midi une délégation de représentants de ces migrants dans l'espoir de débloquer la situation qui dure depuis mardi dernier, a-t-on appris de son entourage.

Edirne est la dernière grande ville turque avant la frontière avec la Grèce et la Bulgarie. L'ancienne capitale ottomane a toujours été un point de passage prisé des réfugiés en route vers l'Europe.

Abris de fortune

Un millier environ de migrants, dont de nombreux enfants, campent dans des conditions difficiles sous le soleil dans des abris de fortune en bordure de l'autoroute internationale, à 10 kilomètres de la frontière. Les gendarmes les empêchent de marcher vers cette direction.

Un autre groupe d'un millier de migrants a été accueilli par les autorités turques aux alentours de la pelouse du champ de bataille (Er Meydani en Turc) des traditionnelles compétitions de lutte turque à l'huile. Ils y ont passé une nuit relativement calme et des repas chauds ont été distribués.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!