Nigeria - Plus de 250 évadés et onze morts dans l’attaque d’une prison

Publié

NigeriaPlus de 250 évadés et onze morts dans l’attaque d’une prison

Au centre du Nigeria, le pénitencier de Jos abritait, jusqu’à dimanche, 1060 détenus. Après un assaut qui a fait onze morts, 262 d’entre eux se sont fait la belle.

Au moins onze personnes ont été tuées et plus de 250 détenus se sont évadés lors de l’attaque menée, dimanche, par des hommes armés dans une prison du centre du Nigeria, ont déclaré, lundi, les autorités pénitentiaires. Francis Enobore, un porte-parole de la sécurité pénitentiaire, a affirmé que neuf prisonniers, un assaillant et un gardien ont été tués lorsque des hommes armés ont pris d’assaut la prison à sécurité moyenne de la ville de Jos, capitale de l’État du Plateau, tandis que 262 détenus ont réussi à prendre la fuite.

«L’un des assaillants pris au piège, après avoir investi l’établissement, a été identifié comme l’un de ceux qui ont été tués» lors d’échanges de tirs, a déclaré Francis Enobore. «Malheureusement, l’un des membres du personnel armé a payé le prix ultime lors de l’affrontement, tandis que neuf détenus ont aussi perdu la vie.»

Cette évasion massive de détenus est la dernière d’une longue série dans le pays le plus peuplé d’Afrique, où les prisons sont souvent surpeuplées et gardées par des membres des forces de sécurité débordées. Au moment de l’attaque, la prison abritait 1060 détenus. Le porte-parole de la police de l’État du Plateau, Ubah Ogaba, a déclaré que neuf détenus qui s’étaient échappés ont été recapturés.

Plus de 800 évadés en octobre

Le mois dernier, plus de 800 prisonniers s’étaient échappés d’une prison de l’État d’Oyo quand des hommes armés ont pris d’assaut l’établissement. Plus de la moitié avaient été rattrapés le lendemain de l’incident.

Les autorités n’ont imputé l’attaque à aucun groupe, mais le nord-ouest et le centre du Nigeria sont le théâtre d’attaques de gangs criminels, nommés localement «bandits», qui prennent d’assaut les villages pour piller et enlever les habitants contre rançon.

(AFP)

Ton opinion