Aviation: Plus de 7 millions de voyageurs à Bâle-Mulhouse

Actualisé

AviationPlus de 7 millions de voyageurs à Bâle-Mulhouse

Avec un taux de croissance de 8%, l'aéroport trinational est nettement au-delà des 3% visés au début de l'année passée.

Pour 2016, la direction générale de l'EuroAirport (EAP) anticipe une augmentation similaire à 2015.

Pour 2016, la direction générale de l'EuroAirport (EAP) anticipe une augmentation similaire à 2015.

Keystone

L'aéroport de Bâle-Mulhouse a dépassé pour la première fois en 2015 le cap des 7 millions de passagers. Après ce cinquième record consécutif du nombre d'usagers, une croissance est également attendue pour l'année en cours.

L'EuroAirport (EAP) a comptabilisé l'an dernier exactement 7'061'056 voyageurs. Avec un taux de croissance de 8%, l'aéroport trinational est nettement au-delà des 3% visés au début de l'année passée, a indiqué le directeur Matthias Suhr devant les médias.

Avec un taux de croissance de 8%, l'aéroport trinational est nettement au-delà des 3% visés au début de l'année passée. Il surpasse également l'augmentation moyenne de 5% des aéroports européens. Pour 2016, Matthias Suhr anticipe une augmentation similaire.

Jusqu'à un demi-milliard

Cet essor place l'EAP devant de grands défis. Car selon le vice-président du conseil d'administration Andreas Büttiker, l'aéroport construit sur sol français et mis en service en 1945 a une capacité limitée de 8 à 9 millions de passagers.

Afin de surmonter l'accroissement des voyageurs, le site doit aménager ses infrastructures. Et Andreas Büttiker d'évaluer les investissements des dix prochaines années jusqu'à un demi-milliard de francs. Les goulets d'étranglement ne se situent pas au niveau des pistes, mais des bâtiments.

Le plan d'investissement à long terme sera un thème central de 2016 pour le conseil d'administration de l'EAP. D'ici la fin de l'année, le comité veut présenter les manières dont l'aéroport peut se développer non seulement du côté des passagers mais aussi pour le fret et les activités industrielles. La croissance en soi n'est toutefois pas l'objectif, souligne Andreas Büttiker. L'idée est plutôt d'apporter une plus-value à toute la région avec un service de haut vol.

Accès au site soigné

L'accès à l'aéroport est un élément central de ce futur développement. Selon les responsables, le parking actuellement en construction, chiffré à 24 millions d'euros (plus de 26 millions de francs) et qui pourra accueillir 2500 véhicules, devra être complété par d'autres lieux de stationnement.

D'autre part, malgré le raccordement ferroviaire, actuellement en phase d'avant-projet et qui pourrait être réalisé pour 2022, une liaison par tram est aussi en discussion. Celle-ci ne sera pas pensée comme une alternative mais comme un complément.

«En parfaite santé et exempt de dettes»

Par ailleurs, la direction de l'EAP s'active également à résoudre le conflit fiscal avec la France. Des quatre dossiers ouverts concernant la taxation des entreprises dans le secteur suisse, un seul est encore sur le feu.

La balle est désormais dans le camp français. Personne de l'aéroport ne sait toutefois quand une solution sera trouvée. Cette affaire est très, très compliquée, a souligné la direction.

Aucun souci au niveau de la situation financière du site n'est en revanche à déplorer. Si les résultats de 2015 ne sont pas encore connus, ils ont plutôt l'air très bon, note Andreas Büttiker.

En 2014, l'EAP avait enregistré un chiffre d'affaires de 116,8 millions d'euros et un bénéfice de 27,3 millions. Alors que l'aéroport de Bâle-Mulhouse avait des dettes de 180 millions il y a douze ans, il est aujourd'hui «en parfaite santé et exempt de dettes».

(ats)

Ton opinion