Actualisé 08.12.2017 à 14:23

Hockey sur glacePlus de cent commotions cérébrales en une saison

Au cours de la dernière saison, plus de cent commotions cérébrales ont été recensées dans les deux plus hautes ligues en Suisse.

Archives/Photo d'illustration, Keystone

Au cours de la dernière saison, plus de cent commotions cérébrales ont été recensées dans les deux plus hautes ligues en Suisse, 61 rien qu'en National League.

Gery Büsser, médecin des Zurich Lions et responsable d'une taskforce à la Fédération suisse, explique dans une interview au «Tages-Anzeiger», que pour la première fois la saison dernière, un recensement écrit des commotions cérébrales a été tenu dans les deux ligues.

«Nous avons comptabilisé 104 commotions cérébrales, dont 61 en National League. Soit plus de cinq par club», relève Büsser. Des «pointes» ont été constatées en septembre-octobre et en janvier-février.

La convalescence avant un retour au jeu a duré en moyenne 20,7 jours. «Le minimum après une commotion cérébrale est, selon notre pratique, de sept jours», poursuit Büsser. Après trois semaines, 70 % des joueurs sont de retour, après trois mois 90 %. «Pour le 10 % restant, c'est ouvert. Il y en a qui ne peuvent jamais revenir.»

Büsser se montre mitigé face aux bandes flexibles. «Elles réduisent quelque peu les blessures à l'épaule, il y a moins de contusions. Mais elles ne servent à rien contre les commotions cérébrales. Elles peuvent réduire un peu la puissance qui impacte la tête. C'est pourquoi nous n'avons pas moins de commotion cérébrale. Même les casques spéciaux sont assez inefficaces. Ils ne peuvent pas empêcher l'accélération du cerveau, mais ils aident contre les fractures.»

(si)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!