Streaming – Plus gros démarrage de l’histoire de Netflix pour «Squid Game»
Publié

Séries téléviséesPlus gros démarrage de l’histoire de Netflix pour «Squid Game»

La série sud-coréenne «Squid game» a dépassé «Bridgerton» et «Lupin» pour réaliser le meilleur démarrage de l’histoire sur Netflix.

Le phénomène «Squid Game» est la dernière manifestation de l’influence croissante de la Corée du Sud sur la scène culturelle mondiale.

Le phénomène «Squid Game» est la dernière manifestation de l’influence croissante de la Corée du Sud sur la scène culturelle mondiale.

AFP PHOTO/ NETFLIX/ YOUNGKYU PARK

Le drame dystopique sud-coréen «Squid Game», lancé il y a moins de quatre semaines sur Netflix, a été vu par 111 millions de foyers abonnés, un record pour un démarrage de série sur la plateforme, a indiqué mardi le groupe.

Mêlant allégorie sociale et violence extrême, «Squid Game» met en scène des personnages issus des franges les plus marginalisées de Corée du Sud, dont un migrant indien et un transfuge nord-coréen, participant à des jeux d’enfants traditionnels afin de remporter 45,6 milliards de wons (35 millions de francs). Les perdants sont tués.

«Squid Game a atteint 111 millions de fans – connaissant le plus gros démarrage pour une série» sur la plateforme, a tweeté Netflix. La juxtaposition des passe-temps enfantins et leur conséquence fatale, avec une production léchée et une scénographie somptueuse, a en effet conquis un très large public à travers le monde, la série caracolant en tête des classements sur Netflix dans plus de 80 pays.

La série «Bridgerton» dépassée

Le record était jusqu’ici détenu par une série d’un tout autre genre, «Bridgerton», narrant les intrigues sentimentales de la bonne société britannique au début du XIXe siècle, qui avait été visionnée par 82 millions de comptes lors des quatre semaines qui avaient suivi sa mise en ligne, fin décembre 2019.

Les chiffres publiés par Netflix, qui comptabilisent tous les comptes regardant un épisode pendant au moins deux minutes, ne font pas l’objet de vérification par un tiers, à la différence des mesures d’audience pour la télévision traditionnelle.

Influence croissante

Le phénomène «Squid Game» est la dernière manifestation de l’influence croissante de la Corée du Sud sur la scène culturelle mondiale, après la sensation de K-pop BTS et «Parasite», Palme d’or à Cannes et premier film en langue autre que l’anglais à remporter l’Oscar du meilleur film.

La vague coréenne ne devrait pas retomber tout de suite: en février, Netflix a annoncé un plan d’investissements de 500 millions de dollars (465 millions de francs) pour cette seule année sur les séries et films produits en Corée du Sud.

En Chine malgré le blocage

La folie planétaire autour de «Squid Game» atteint la Chine, où le blocage de Netflix n’empêche pas sa popularité… grâce aux sites illégaux de streaming. Netflix n’est pas accessible en Chine. Mais même si la plateforme américaine l’était, «Squid Game» aurait peu de chance de passer à travers les ciseaux des censeurs chinois en raison de son ultra-violence. Comme souvent toutefois pour les productions étrangères, plusieurs sites internet chinois, très faciles d’accès, proposent de regarder la série (illégalement) en streaming, contribuant à son succès croissant dans le pays. Malgré la censure, les fabricants chinois, toujours réactifs et à l’affût des tendances, ont vite flairé le filon et répondu à la demande. Ils proposent désormais sur la gigantesque plateforme de vente en ligne Taobao toutes sortes de produits dérivés, notamment les combinaisons rose vif à capuche et les inquiétants masques des gardes anonymes de «Squid Game». Un des vendeurs, Peng Xiuyang, déclare que les ventes de sa boutique en ligne ont grimpé de 30% grâce à la demande engendrée par la série. Le streaming illégal de la série serait désormais si répandu… que l’ambassadeur de Corée du Sud en Chine en personne, Jang Ha-sung, a dit à une commission parlementaire sud-coréenne avoir demandé aux autorités chinoises d’intervenir. «Nous estimons que Squid Game, qui gagne en popularité dans le monde entier, est distribué illégalement sur une soixantaine de sites internet en Chine», a-t-il dénoncé.

(AFP)

Votre opinion

3 commentaires