Scrutin du 29 novembre: Plusieurs votations importantes en Suisse alémanique
Publié

Scrutin du 29 novembrePlusieurs votations importantes en Suisse alémanique

Bassin portuaire à Bâle, Energie à Schwyz, loi sur la police à Soleure et protection des sols à Lucerne: le menu des votations cantonales sera copieux fin novembre outre-Sarine.

Les citoyens de Bâle-Ville sont appelés aux urnes le 29 novembre pour se prononcer sur un crédit de 115 millions de francs pour la construction d’un nouveau bassin portuaire.

Les citoyens de Bâle-Ville sont appelés aux urnes le 29 novembre pour se prononcer sur un crédit de 115 millions de francs pour la construction d’un nouveau bassin portuaire.

KEYSTONE

Outre Bâle-Campagne, Uri et St-Gall qui se prononcent sur des sujets en lien avec le Covid, quatre autres cantons alémaniques organisent des votations sur des sujets notables le 29 novembre. Bâle-Ville, Schwyz, Soleure et Lucerne doivent se prononcer sur des sujets importants. Tour d’horizon.

Bâle-Ville: crédit pour un nouveau bassin portuaire à Bâle?

Les citoyens de Bâle-Ville sont appelés aux urnes le 29 novembre pour se prononcer sur un crédit de 115 millions de francs pour la construction d’un nouveau bassin portuaire. Un référendum a été lancé contre ce crédit qui doit servir à réaliser le nouveau bassin 3 sur le site de l’ancienne gare de triage des Chemins de fer allemands (DB), au nord de la ville. Long de 330 mètres, c’est un des éléments du projet de terminal trimodal rail-route-bateau appelé «Gateway Basel Nord».

Le canton prévoit aussi de créer un nouveau quartier d’habitations au bord du Rhin sur un site occupé par des docks. Un comité regroupant des organisations de protection de la nature a lancé un référendum qui a abouti. Ces organisations s’opposent au projet, car elles estiment que l’ancienne gare de triage de DB est une prairie d’importance nationale qui doit être protégée.

Les Bâlois doivent aussi se prononcer sur la révision de la loi sur le logement adoptée par le parlement. Un référendum de la gauche a abouti. Les référendaires estiment que le législatif cantonal a trop édulcoré les exigences de l’initiative «Vivre sans crainte d’expulsion», adoptée par 61,8% des votants en juin 2018, qui exige une meilleure protection des locataires.

Les citoyens votent également sur une initiative pour «renforcer la culture active de la jeunesse» lancée par l’association «Ville de culture maintenant». Elle demande que 5% du budget culturel du canton soit consacré au soutien financier d’institutions et de projets culturels pour la jeunesse.

Schwyz: énergies renouvelables au menu

Les citoyens schwyzois votent sur un programme cantonal de promotion des énergies renouvelables et de rénovation des bâtiments d’un montant de 10 millions de francs, étalé sur quatre ans. Il s’agit d’un contre-projet à l’initiative des Vert’libéraux «Retour de l’argent au canton de Schwyz».

Satisfaits par le contre-projet adopté par le parlement, les Vert’libéraux ont retiré leur texte. L’initiative demandait trois millions de francs par an pendant quatre ans, prélevés sur la part cantonale au bénéfice de la Banque nationale suisse. Le parlement s’est mis d’accord sur un montant de 2,5 millions par année, financé par le budget ordinaire.

Soleure: loi sur la police contestée

Les Soleurois votent sur une révision de la loi sur la police contestée par référendum. Le comité référendaire composé des Jeunes radicaux, de la Jeunesse socialiste et des Jeunes UDC, estime que la nouvelle loi met en danger les droits fondamentaux avec la mise en place d’un Etat «fouineur» donnant à la police la possibilité d’enquêter, y compris sous couverture, sans autorisation préalable d’un tribunal.

La loi donne à la police davantage de possibilités de prévenir les crimes graves en autorisant des enquêtes préliminaires et sous couverture, y compris sur Internet. Elle permet notamment l’utilisation de drones et une recherche automatisée des véhicules.

Lucerne: étalement urbain en jeu

Les Lucernois se prononcent sur deux initiatives constitutionnelle et législative lancées par des organisations de protection de la nature et du paysage. Elles visent à limiter l’étalement urbain en protégeant les sols. Le gouvernement et le parlement recommandent le rejet des deux textes et y opposent un contre-projet moins contraignant.

(ATS/NXP)

Votre opinion

8 commentaires