Langage: Polémique: les mots «poufiasse» ou «tarlouze» virés du Scrabble

Publié

LangagePolémique: les mots «poufiasse» ou «tarlouze» virés du Scrabble

Des mots offensants ne seront plus autorisés au Scrabble. Mais beaucoup fustigent cette «censure».

par
R.M.
Propriétaire du Scrabble, Mattel veut interdire les mots «constituant une incitation à la haine et à la discrimination».

Propriétaire du Scrabble, Mattel veut interdire les mots «constituant une incitation à la haine et à la discrimination».

Getty

Au Scrabble, il sera certainement bientôt interdit d’utiliser des mots qui ont pourtant leur place dans des dictionnaires, comme «poufiasse», «tarlouze», «gogole» ou «nabot». Propriétaire du jeu, Mattel veut en effet proscrire les mots «constituant une incitation à la haine et à la discrimination». Mais un bras de fer a eu lieu.

Comme le relate «L’Express», Mattel ne veut plus de toute une série de mots offensants. Il s’agit principalement d’insultes raciales ou homophobes. «Mattel a fait appel à un linguiste indépendant pour identifier les mots à caractère haineux afin de revoir la liste officielle de mots autorisés à être joués lors des compétitions de Scrabble», explique la société à l’hebdomadaire.

Ces mots jugés offensants ont donc été identifiés et une liste a été transmise au comité chargé de rédiger «L’Officiel du Scrabble» (Larousse), l’ouvrage de référence, la bible du jeu. Sauf que ce comité a fait de la résistance et a «refusé d’exclure une majorité de termes cités par Mattel», rapporte TF1.

Une négociation a eu lieu et les deux parties seraient tombées d’accord pour supprimer 62 mots des termes autorisés au Scrabble. Ainsi, «tarlouze», «enculeur», «gogole», «nabot», «boche», «travelo» ou «pédé» devraient être interdits. Mais d’autres mots dans le viseur de Mattel auraient été «sauvés» et resteront autorisés, comme «enculé», «grognasse» ou «salope».

Déception et amertume

La liste négociée serait définitive mais on aura vraiment la certitude de la suppression des mots lors de la parution du prochain opus de «L’Officiel du Scrabble», prévue pour juin prochain. Pour les compétitions, les mots proscrits ne devraient plus pouvoir être utilisés dès 2024.

Quoi qu’il en soit, cette prohibition de mots jugés offensants est déjà passablement critiquée. Pour «L’Express», le Scrabble se «converti au wokisme».

Président de la Fédération internationale du Scrabble francophone, Patrice Jeanneret parle d’une «situation de censure» et dit comprendre la «déception et l’amertume» des responsables de «L’Officiel du Scrabble».

BFMTV a rencontré des joueurs et ils se montrent peu convaincus par la nouveauté. Qu’ils soient offensants ou pas, ces mots «existent» et vont continuer d’exister, jugent certains.

«C’est lamentable»

Le média a aussi tendu le micro à Bertrand Perier, avocat et professeur d’éloquence, qui comprend ces suppressions. «Le Scrabble a un rôle dans l’évolution de la langue. On peut avoir une langue peut-être plus inclusive et Mattel se sent probablement investi d’un rôle social pour faire avancer les pratiques de la langue qui ont aussi une influence sur le réel», juge-t-il.

Mais pour l’académicien Jean-Marie Rouart, cette décision de «purifier» le langage «pour des raisons morales» est «lamentable». «Ces mots existent, plaide le romancier. Il y aura toujours des équivalences d’insultes. Il ne faut pas confondre l’insulte et en même temps le racisme, le sexisme. Ce sont deux choses différentes. Il faut apprendre la tolérance mais ça ne s’apprend pas en éliminant des mots.»

Ton opinion