12.06.2020 à 07:50

FootballRetour réussi pour la Liga à Séville

Policiers à cheval, barrières, supporters masqués: Séville a accueilli le redémarrage du foot en Espagne. Le FC Séville a battu le Betis 2-0.

par
Sport-Center/AFP
Les joueurs du FC Séville ont célébré leur victoire comme si le stade était plein.

Les joueurs du FC Séville ont célébré leur victoire comme si le stade était plein.

Keystone

Retour réussi! Après trois mois sans foot, la Liga a célébré son retour en grandes pompes jeudi soir dans un stade Pizjuan à huis clos, entre masques et gants, où le Séville FC s'est imposé 2-0 dans le derby andalou contre le Betis pour le grand retour du championnat d'Espagne.

Le héros de la soirée a été l'ex-Marseillais Lucas Ocampos, buteur sur penalty (55e), puis auteur d'une superbe talonnade décisive pour le but de la tête de Fernando (61e), qui a scellé la victoire du Séville FC, alors que tous les projecteurs de la planète football étaient braqués sur ce derby de la 28e journée, premier match de Liga depuis l'arrêt des compétitions en Espagne le 12 mars.

«Bizarre», «spécial»...

«Sans supporters, mais avec espoir !» Comme le cri du cœur de ce supporter d'une soixantaine d'années, maillot du Séville FC sur le dos devant le stade Pizjuan avant le coup d'envoi, l'Espagne tout entière a pris le pouls du retour du football professionnel dans le pays, l'un des plus touchés au monde par la pandémie de nouveau coronavirus.

Après la reprise réussie des championnats en Allemagne (le 16 mai) et au Portugal (le 3 juin), le monde du football a assisté ce jeudi au réveil d'une Liga «bizarre», «spéciale», dans un contexte de haute vigilance sanitaire.

Les joueurs ont retiré leurs masques dans le couloir, sont entrés sur la pelouse d'un stade Pizjuan vide au son de l'hymne du Séville FC, et après la minute de silence en hommage aux victimes de la pandémie prévue dans tous les stades d'Espagne ce week-end, le coup d'envoi a été sifflé par l'arbitre Mateu Lahoz. A 22h04 exactement, la Liga a redémarré.

«C'est très bizarre, c'est différent. On le vit avec tristesse (à cause du huis clos), mais à part ça, c'est toujours aussi intense», a confié Laura Marin, jeune supportrice du Séville FC, présente aux abords du stade avant le début du match.

En début de soirée, pour accueillir les bus des deux équipes, environ 200 supporters masqués s'étaient réunis autour du stade, dans le centre de Séville... et ce, malgré le large dispositif de sécurité déployé: 600 membres des forces de l'ordre, rues bloquées, barrières dressées autour du stade.

«Le football qu'on aime tant»

José Luis Meana, supporter venu lui aussi encourager les joueurs à leur arrivée, a suivi le match à la radio. Il a indiqué que malgré l'interdiction d'accès au stade, il a vécu ce derby «avec beaucoup de passion, parce que le football qu'on aime tant est de retour».

Les coéquipiers du défenseur français Jules Koundé ont mieux profité du soutien à distance des leurs, qui ont chanté l'hymne du club à l'unisson sur l'écran géant avant le coup d'envoi, et le leur ont bien rendu: toute l'équipe est allée célébrer ce 2-0 près du virage habituel du kop sévillan, en hommage aux supporters absents.

Cette victoire leur permet d'asseoir leur troisième place au classement derrière les géants Barça et Real, tandis que le Betis de Nabil Fekir patine à la 12e place.

«Lucas (Ocampos) a été tranchant, mais je voudrais féliciter toute l'équipe, et dédier cette victoire à nos supporters. En ces temps où la joie se fait rare, cette victoire est pour eux», a déclaré l'entraîneur du Séville FC, Julen Lopetegui, en conférence de presse d'après-match.

AFP

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!