A Delémont, des policiers manifestants ont été remis à l’ordre

Publié

JuraPoliciers manifestants remis à l’ordre

Pendant leur temps libre, deux agents ont manifesté en civil contre les mesures sanitaires. L’affaire est remontée jusqu’au gouvernement.

par
Vincent Donzé
Deux policiers en civil ont participé à la manifestation organisée le 13 septembre dernier à Delémont, ici devant la gare.

Deux policiers en civil ont participé à la manifestation organisée le 13 septembre dernier à Delémont, ici devant la gare.

DR

Deux policiers qui manifestent contre les autorités, est-ce tolérable? En participation à une manifestation anti-Covid, le 13 septembre dernier, deux gendarmes ont préoccupé toute la hiérarchie, jusqu’au gouvernement jurassien. Comme le relève «Le Quotidien Jurassien», une procédure de licenciement a été évoquée, mais pas appliquée.

Y a-t-il eu violation du devoir de réserve imposé aux agents de la fonction publique? Réponse de la ministre Nathalie Barthoulot, dans le «QJ»: «Le fait de demander à un agent de police de ne plus participer à des manifestations lors de lesquelles des journalistes sont rudoyés, les autorités cantonales et fédérales vertement critiquées et au cas présent un collègue ministre injurié et diffamé, me paraît proportionnel».

Droit fondamental

Pour la ministre en charge du Département de l’intérieur, «il est évident que le droit de manifester est un droit fondamental», à condition de l’exercer «dans le respect du cadre légal».

Le et la gendarmes qui ont manifesté ont été soumis à un entretien mené par leur chef de service, en présence d’un membre du Syndicat des polices du canton du Jura. «Le thème de la manifestation ne s’attaquait pas à notre profession ni au canton du Jura», a relevé le président du syndicat, Alexandre Girardin,

Sous les fenêtres

La halte des manifestants sous les fenêtres du bureau du ministre Jacques Gerber a été évoquée. Les deux gendarmes incriminés ont assuré ne pas s’être arrêtés à cet endroit, comme ils ont affirmé ne pas avoir entendu les propos du meneur pendant le cortège.

Les deux policiers manifestants craignent pour leur avenir professionnel. «En aucun cas, la participation à cette manifestation n’aura une quelconque influence sur une éventuelle promotion», a rassuré le commandant de la police jurassienne Damien Rérat. Voilà qui est dit, dans «Le Quotidien Jurassien».

Ton opinion

23 commentaires