Publié

ValaisPollution à Viège: conséquences financières encore floues

Les conséquences financières de la pollution due au mercure qui a contaminé de nombreuses parcelles à proximité de Viège (VS) ne sont pas encore définies.

Le site actuel de Lonza à Viège (VS).

Le site actuel de Lonza à Viège (VS).

ARCHIVES, Keystone

Les communes concernées par la pollution souhaitent le dialogue avec le canton et l'entreprise chimique Lonza.

«Nous espérons une table ronde qui réunisse les quatre communes touchées, le canton, Lonza et des représentants des propriétaires», a confié mercredi à l'ats le président de Rarogne (VS) Reinhard Imboden. Dans la situation émotionnelle actuelle, la voie du dialogue doit être privilégiée, estime-t-il.

De nombreuses questions restent ouvertes dont l'aspect financier. «Qui doit exécuter les travaux d'assainissement des parcelles contaminées? Qui doit payer? Ces questions n'ont pas encore de réponse», explique Cédric Arnold, chef du service de la protection de l'environnement de l'Etat du Valais.

Recherche de consensus

Le canton veut trouver une solution consensuelle et cherche aussi le dialogue. Mais les coûts devront être supportés par les responsables de la pollution, estime Cédric Arnold. La clarification de ces responsabilités sera menée en parallèle aux analyses complémentaires à réaliser sur les concentrations de polluant dans les sols.

Lonza a bien déversé du mercure entre 1930 et 1976 dans un canal d'évacuation qui coule du site chimique au Rhône en passant par la zone habitée de Turtig, sur la commune de Rarogne. Mais tout a été fait conformément aux dispositions de l'époque, a précisé Raoul Bayard, responsable du site de Lonza à Viège.

A cette époque, les sédiments du canal ont aussi été utilisés pour l'agriculture et ont été répandus sur les terrains avoisinants. La responsabilité de la pollution est une question encore en suspens que Lonza veut aussi voir éclaircie au plus vite, a dit Raoul Bayard.

Lonza a préfinancé les analyses des sols et juge nécessaire d'effectuer rapidement et efficacement un assainissement des sols. L'entreprise se dit également prête au dialogue avec le canton et les communes pour trouver des solutions.

Optimisme

Les analyses doivent encore se poursuivre sur une cinquantaine d'autres parcelles de la zone habitée. Les résultats sont attendus pour fin mars. Une date que Reinhard Imboden retient pour une table ronde. Il se dit optimiste constatant une volonté générale et unanime pour trouver des solutions.

Le canton n'est d'ailleurs pas à son coup d'essai en matière d'assainissement de sites pollués par une activité industrielle ancienne. Des solutions ont été trouvées avec les industries pour la remise en état du site de l'ancienne Alusuisse à Steg ainsi que pour une décharge et un canal pollués par le site chimique de Monthey.

Entre Viège et Niedergesteln, la contamination au mercure concerne, en partie ou en totalité, quelque 280 parcelles dont un tiers environ en zone d'habitation. Le canal pollué s'étend sur onze kilomètres.

(ats)

Ton opinion